Mali: Une mission du FMI recommande la poursuite des réformes

Une mission du Fonds monétaire international (Fmi), conduite par Boriana Yontcheva, a séjourné à Bamako du 19 au 29 novembre 2019, dans le cadre des discussions relatives à la première revue du programme économique et financier du Mali appuyé par l'accord au titre de la facilité élargie de crédit (Fec) du Fmi.

Du 19 au 29 novembre dernier, une mission du Fonds monétaire international (Fmi), conduite par Boriana Yontcheva, a séjourné à Bamako. Elle entre dans le cadre des discussions relatives à la première revue du programme économique et financier du Mali appuyé par l'accord au titre de la facilité élargie de crédit (Fec) du Fmi.

Dans un communiqué sanctionnant cette mission, le Fmi note que la croissance économique devrait s'établir à 5% en 2019 et dans le moyen terme, malgré le contexte sécuritaire difficile, dénotant une résilience de l'économie. L'institution souligne que le déficit budgétaire de l'Etat devrait respecter le critère de convergence de l'Uemoa de 3% du PIB en 2019.

La mission encourage les autorités à améliorer l'efficience dans la fourniture des services publics, y compris par la poursuite des réformes visant à améliorer la gouvernance, afin d'atteindre les objectifs de croissance forte et inclusive et de réduction de la pauvreté assignés au programme.

« La mission du Fmi et les autorités maliennes sont parvenues à un accord préliminaire sur la première revue du nouveau programme économique et financier du Mali soutenu par la Fec du Fmi, sous réserve de l'approbation par la direction et le conseil d'administration du Fmi. L'examen du dossier par le conseil d'administration du Fmi est prévu pour début janvier 2020 », a déclaré Mme Yontcheva.

« La mission du Fmi et les autorités ont examiné l'exécution budgétaire en 2019 et les mesures sous-tendant le projet de loi de finances 2020. Le déficit budgétaire de l'Etat devrait respecter le critère de convergence de l'UEMOA de 3 % du PIB en 2019.

Presque tous les critères de performances et les objectifs indicatifs du programme à fin septembre 2019 ont été respectés, ainsi que les repères structurels », lit-on dans le communiqué parcouru par le journal de l'économie malienne(Lejecom). La mission s'est félicitée de l'amélioration sensible du recouvrement des impôts.

Elle précise que les autorités se sont engagées à poursuivre les efforts de mobilisation des recettes intérieures, afin de créer l'espace budgétaire nécessaire pour les dépenses sociales, de développement et de sécurité, tout en préservant la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette publique.

En plus de la modernisation des administrations fiscales et douanières, la mission estime que le rythme de mise en œuvre des réformes visant à numériser les procédures d'acquittement de l'impôt, rationaliser davantage les exonérations fiscales, y compris celles accordées au secteur minier, et améliorer les prélèvements de recettes sur les produits pétroliers et la taxation de la propriété foncière, devra être accéléré.

Les services du Fmi saluent les efforts en cours pour réformer le secteur de l'énergie, notamment les mesures visant la société publique d'électricité Edm.SA, afin de permettre son retour à l'équilibre financier à moyen terme tout en garantissant un meilleur approvisionnement des populations en électricité.

Pour atteindre les objectifs de croissance forte et inclusive et de réduction de la pauvreté assignés au programme, la mission encourage les autorités à améliorer l'efficience dans la fourniture des services publics, y compris par la poursuite des réformes visant à améliorer la gouvernance.

Elle invite également les autorités à redoubler d'effort dans l'apurement prompt des arriérés de paiements intérieurs et dans l'assainissement du climat des affaires plus généralement, pour favoriser le développement du secteur privé et la création d'emplois pour les jeunes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.