Algérie: Grève générale - Aucun écho dans le pays en dehors de quelques wilayas

Alger — L'appel via les réseaux sociaux à une grève générale n'a pas eu l'écho escompté dans nombre de wilayas du pays y compris Alger, tandis que dans quelques autres des commerçants et des transporteurs de voyageurs notamment étaient en débrayage, ont constaté dimanche des correspondants de l'APS.

A Alger, aucune perturbation de l'activité commerciale n'a été constatée tant au chef-lieu de wilaya que dans la périphérie. Lors d'une virée de l'APS à travers les différentes artères d'Alger, il a été relevé une activité commerciale ordinaire, excepté des cas isolés ayant recouru à la fermeture des locaux par "mesures de précaution", a-t-on confié.

Des appels anonymes à une grève générale ont été lancés via les réseaux sociaux, notamment Facebook, ces deux derniers jours faisant cas d'une "paralysie générale" du 8 au 11 décembre courant en guise de "refus de l'élection présidentielle du 12 décembre".

Dans l'Est du pays, et plus précisément à Constantine, cet appel, à l'instar de la capitale, n'a pas été suivi, les administrations dans divers secteurs, les moyens de transport en commun ou les établissements scolaires des trois paliers ayant fonctionné "normalement", tandis que les commerces aux chefs lieu des autres wilayas de l'Est comme dans les communes étaient ouverts.

Un constat analogue est valable pour l'Ouest du pays où l'activité commerciale ou autre a été des plus "normales". A Oran, comme dans d'autres villes de l'Ouest du pays, aucune perturbation de l'activité économique n'a été signalée par les représentants des pouvoirs publics.

Large suivi dans quelques wilayas du Centre du pays

Dans quelques wilayas du Centre du pays, par contre, l'appel à la grève a été "largement" suivi, selon des recoupements réalisés par les correspondants locaux.

Au chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou, les commerçants ont baissé rideaux en réponse à un l'appel à la grève attribué essentiellement à la Confédération des syndicats algériens. Le directeur du Commerce de la wilaya, Kada Adjabi, a indiqué que la grève des commerçants a été "largement suivie et a atteint un taux de 80% à travers le territoire de la wilaya", relevant qu'"un service minimum a été assuré par les laiteries, les minoteries, le marché de gros et les boulangeries".

Les transporteurs de voyageurs ont également répondu à cet appel, a-t-on constaté, dans différents gares routières où aucun bus n'était stationné dans la matinée. Les seuls moyens de transport qui ont travaillé sont le train en provenance d'Alger et les taxis, a-t-on confirmé auprès du directeur des Transports, Samir Nait Youcef qui a parlé d'un "large taux de suivi de la grève par les transporteurs".

Les établissements scolaires et universitaires ont aussi fermé leurs portes, a-t-on constaté. L'APS n'a pas pu joindre les responsables de ces deux secteurs pour connaitre le taux de suivi.

A Bouira un nombre des communes de la wilaya étaient également paralysées par ce mouvement de grève. Au chef-lieu de la wilaya, tous les commerces ont baissé rideaux en signe d'adhésion au mot d'ordre de grève. Les services de transport ainsi que les autres secteurs ont participé à ce mouvement de grève, appelé à se poursuivre jusqu'à mercredi, selon ses initiateurs.

L'appel à la grève a eu le même écho à Bejaia où "quasiment" tous les commerces ont baissé rideaux. Les administrations publiques, les entreprises économiques, l'éducation, les transports urbains et suburbains, le rail et le port ont adhéré au mot d'ordre de grève, tout autant que la quasi-totalité des commerces. Seules les officines pharmaceutiques, les structures de santé, notamment les services d'urgence et quelques boulangeries ont fait exception.

L'aéroport "Abane Ramdane" a connu, pour sa part, une activité presque ordinaire. En milieu de matinée, un avion assurant la liaison Bejaia-Paris a été traitée mais n'a pu assurer son service à cause de mauvaises conditions météorologiques. En début d'après midi, un vol en provenance de Lyon a normalement atterrit, selon les responsables de la plate-forme.

A Boumerdès, le suivi du mot d'ordre de grève était mitigé, le taux de suivi variant d'un secteur et un autre et d'une région à une autre. Si les citoyens vaquaient normalement à leurs occupations quotidiennes au chef-lieu et dans l'Ouest de la wilaya, la région Est "contrastait" avec cette situation.

Selon les directeurs locaux des secteurs du Commerce, des Transports et de l'Education, les taux de suivi de cet appel à la grève étaient respectivement de 42, 30 et 3%.

Dans un communiqué rendu public, l'Union nationale des commerçants et artisans algériens a nié toute réponse de ses adhérents au mot d'ordre de grève, rassurant les citoyens quant à la disponibilité des produits et autres services.

Abondant dans le même sens, l'Association nationale des commerçants et artisans a affirmé que les marchés de gros et de détail demeurent ouverts durant tous les jours de la semaine, au même titre que les différents services à l'instar de du transport, les stations de service et les restaurants.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.