Ile Maurice: Elle échappe de peu à la mort sous les coups de son compagnon français

8 Décembre 2019

Son «bourreau» a obtenu la liberté sous caution. Elle, n'a pu que réclamer et obtenir un Protection Order qui expirait au 5 décembre. Marie* (prénom modifié), mère d'un garçonnet de 5 ans, se dit victime de violence domestique et n'a de cesse d'alerter les autorités sur son sort.

L'individu n'est du reste pas un inconnu des services de police du nord et il a des antécédents de violence. Le dernier incident en date remonte à octobre. Une altercation d'une violence qui interpelle. Son compagnon est en fait un Français originaire de Montpellier et directeur d'une maison d'hôte et d'un restaurant à Pointe-aux-Canonniers. La jeune femme, courtière en assurance, âgée de 35 ans, lui reproche ses infidélités et d'être le père biologique du fils d'une des serveuses de son restaurant. C'est là que le Français serait entré dans une colère noire. Il l'aurait jetée à terre avant de la rouer de coups dans les côtes.

Durant l'altercation, l'homme de 33 ans l'agrippe par les cheveux et la traîne sur plusieurs mètres avant de la plaquer contre le portail de leur résidence à Mont-Choisy. Son bourreau finit par la traîner sur le trottoir et la jeune femme réussit à s'échapper avant qu'il ne la pousse sous les roues des voitures qui passaient. Elle prend la fuite et se réfugie dans sa voiture quelques mètres plus loin. Son compagnon essaie par tous les moyens d'entrer dans la voiture par la portière arrière.

La jeune femme décide de s'enfuir et cherche refuge au poste de police de Trou-Aux-Biches. Les policiers l'accompagnent pour récupérer des effets personnels avant de la conduire à la clinique Wellkin à Réduit. Selon la victime, toute la scène a été filmée par des caméras CCTV de son domicile. La victime a obtenu un PF 58 de la police et elle a porté plainte pour violence domestique, incluant coups et blessures. Le rapport médical de Wellkin indique qu'elle a reçu des coups dans les côtes.

Le ressortissant français a été arrêté par la police avant d'être relâché sous caution. La courtière a demandé et obtenu un Interim Protection Order contre son compagnon. Lors de sa comparution le 14 novembre dernier, l'ordre de protection avait été étendu au 28 novembre pour en débattre avant d'être étendu au 5 décembre. L'homme a juré un affidavit où il nie les accusations formulées contre lui.

Selon l'affidavit juré par la victime le 31 octobre dernier, son compagnon a des sautes d'humeurs, des crises de paranoïa et provoque des disputes pour des choses futiles. Il va jusqu'à la surveiller pour voir si elle lui est infidèle. Il aurait également accusé son fils, âgé de 5 ans, de voler les jouets de son fils à lui né d'une précédente relation. Le couple était ensemble depuis quatre ans, avant que les choses ne tournent mal il y a deux ans.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.