Madagascar: CcEsca - Fara Andriamamonjy toujours aussi spirituelle

Une trentaine de minutes avant le concert de Fara Andriamamonjy au CcEsca Antanimena samedi après-midi, la salle était presque à moitié vide. Les musiciens étaient déjà à l'arrière scène, derrière le grand rideau.

La chanteuse évangélique, pas loin. Dans sa voix, on sent un peu le trac. Cela faisait un moment qu'elle n'a pas rencontré le public malgache. De surcroÏt, elle fête également plus de trente ans de scène cette année. La pression était au rendez-vous. Elle revient sur son parcours. « Je n'ai jamais pensé sortir de mon genre, je me suis dévouée au Seigneur. Et c'est également un appel », met-elle en avant.

Mais d'un coup, la salle se remplit avec des familles, des groupes d'ami(e)s et des couples se bousculent à l'entrée. Vers 15 h, les choses sérieuses pouvaient commencer. Les morceaux s'enchaînent. « Aoka hatoky azy », « Tsy miady irery », « Fanahy masina »... le public boit les paroles de la chanteuse. Entre-temps, il pouvait se procurer ses œuvres en disque numérique. Le temps de la demander sur le côté business qu'a pris les louanges et le spirituel ces derniers temps. « Il m'est difficile de juger les autres. Si cela est, ce sera leur affaire et Dieu », explique Fara Andriamamonjy.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.