Madagascar: Chronique de Mickey - Adieu LMD

Dans sa circulaire du 04 décembre 2019, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Supérieure (MESUPRES) rappelle à tous les responsables (Présidents, Directeurs Généraux, Doyens ,Directeurs... ) que selon l' arrêté du 24 avril 2010 portant à son article 15 ,la modalité d'octroi du diplôme de Licence s'effectue obligatoirement par voie d'examen final, et précise « Aucun mémoire n'est requis pour ce faire ».

La circulaire ne mentionne pas si un projet, au contraire, est requis. Toujours est- il qu'on tourne le dos donc au système LMD (Licence , Master, Doctorat ) que tout le monde a fait semblant d'adopter parce qu'on sait que les effets qui en font l'essentiel de ce qu'on appelle le basculement dans ce système n'ont jamais été concrétisés. D'abord, les enseignants, bon nombre s'en moquent pour peu qu'on ne bouscule pas leurs habitudes ( c'est-à-dire des préparations des notes de cours appris il y a une trentaine d'années plus tôt) , puis les étudiants mal aiguillés apprennent les leçons comme leurs parents.

Ainsi, les objectifs du LMD comme la mobilité dans la formation n'a jamais été appliquée, personne ne connait ce qu'est « une passerelle », c'est-à-dire un moyen de changer l'orientation de sa formation (par exemple un apprenti chimiste peut, dans le même établissement moyennant quelques changements dans son cursus, devenir un apprenti physicien ou mathématicien) où la mobilité externe et où l'universalité des connaissances acquises (définitivement) permettent de changer d'établissement même dans un autre pays en gardant et en faisant valoir ses connaissances.

Le système le permet mais bien peu ont pu en profiter de ce penchant mondialiste du LMD. Ne parlons pas de la préprofessionnalisation comme de la production personnelle, on attendra le Master ou le Doctorat. Tout le monde, y compris ou surtout les grandes universités d'ici et d'ailleurs, font le dos rond, arguant que leur formation est meilleure et snobent celle des autres (sans le dire surtout celle des petits pays). L'essentiel de ce système qui est l'uniformisation des formations comme la standardisation des méthodes , beaucoup ont fait la sourde oreille.

Alors, si on revient à circulaire, il semble que tous ces « tremblements » ne relèvent que du cinéma. Les toques et les toges des diplômés, les soutenances de mémoires ou de projets ne sont que des leurres à faire épater la galerie. Comme ces parents posant fièrement lors du grand jour avec leur progéniture, ces étudiants entrant dans un des rites de la vie comme la première communion (surtout chez les protestants) ou comme le sacrement du mariage. En tout cas, cette circulaire est le dernier sacrement (extrême onction) attribué au LMD. Pauvre jeunesse sacrifiée sur l'autel des restrictions budgétaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.