Soudan: Déclaration du Procureur Général sur les cas de Martyrs de la Révolution Glorieuse

Khartoum — - Le Procureur Général de la République du Soudan a affirmé avoir réfuté les Allégations diffusées récemment sur le Retrait des Affaires et les Dossiers des Martyrs de la Révolution par Ministère Public, soulignant qu'aucun Cercle n'a le Droit de se retirer et de transférer affaires antérieures au Ministère Public, et qu'il s'agit d'une Autorité et d'un Organisme Indépendant dont les activités sont régies par la Loi sur les Poursuites Pénales pour l'année 2017 et la Loi sur la Procédure Pénale pour 1991.

Dans un communiqué qu'il a publié Dimanche, le Procureur Général a souligné un communiqué de presse qu'il a publié le 27 Novembre 2017, par lequel il affirmait que tous les Rapports des Martyrs de la Glorieuse Révolution de Décembre faisaient l'Objet d'une Enquête par divers Parquets, indiquant que les Immunités de Certains des Accusés ont été levés.

Au début de sa déclaration, le Procureur Général a souhaité la Miséricorde des Martyrs et a demandé au Tout-Puissant Allah de bénir leurs âmes pures avec Miséricorde.

Il a affirmé que les Enquêtes étaient toujours en cours et qu'Aucun Organe n'était autorisé par la Loi à retirer ces Affaires, sauf le Procureur Général ou à la Demande d'un Tribunal Compétent.

En ce qui concerne les Rapports d'Infraction au Sit-In et leurs répercussions, le Procureur Général a souligné qu'une Coordination sera faite avec le Comité National pour le Traitement des Plaintes Déposées aux Fins d'Enquête.

Le Procureur Général avait précédemment envoyé une Circulaire Ecrite à tous les Procureurs pour poursuivre les Enquêtes dans tous les Rapports qui leur étaient adressés.

Le Procureur Général a souligné que, selon ses Autorités, il avait rendu plusieurs Décisions concernant la Formation de Comités Importants et Différents Chargés de Voir, d'Enquêter et d'enquêter sur tous les Faits depuis 1989 jusqu'au 11 Avril 2019, à l'exception des Faits qui étaient stipulés dans le Document Constitutionnel pour la Période de Transition, pour inclure les Crimes de Meurtre, de Torture, de Crimes contre l'Humanité, de Viol, de Disparition, de Corruption et d'autres crimes.

Le Communiqué affirmait que le Ministère Public était le Gardien de la Justice Pénale et qu'il ferait tout son possible pour Traduire les Auteurs en Justice et Représenter le Parquet devant les Tribunaux de Différentes Classes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.