Ile Maurice: Le cyclone Belna à Mayotte - des Mauriciens cloués sur place

9 Décembre 2019

Ils devront prendre leur mal en patience. Pour cause, ces Mauriciens qui sont actuellement à Mayotte ne pourront pas rentrer au pays avant aujourd'hui, lundi 9 décembre, en fin d'après-midi.

La raison est que l'aéroport de Pamandzi, à Mayotte, est fermé depuis hier matin. «On nous a fait comprendre que tout devrait reprendre normalement d'ici ce matin (lundi), sauf s'il y a des changements majeurs liés aux conditions météorologiques», confie Kushul Soomaree, un des Mauriciens.

Mayotte est en alerte rouge. À hier, Belna s'est intensifié et les vents sont devenus plus violents. Selon les prévisions de Météo France, le cyclone pourrait passer à 20 kilomètres des côtes mahoraises. «Depuis que cette alerte a été donnée, c'est le calme plat. Toute circulation dans les rues est formellement interdite, sauf en cas de force majeure. Plus personne ne sort . Les rues sont désertes. De plus, pour s'assurer que tout va bien et que les consignes sont respectées, la police patrouille en permanence», confie le jeune homme.

Selon lui, à hier soir, le cyclone n'avait pas trop affecté Mayotte. «Létan lapli. L'on commence aussi à ressentir une petite frayeur. Des centres pour réfugiés ont aussi été ouverts entre-temps. Et nous avons aussi entendu parler d'évacuation qui était en cours ce matin (NdlR, hier) dans certains endroits. Pa koné ki kapav arivé.»

Ce groupe de Mauriciens avait mis le cap sur Mayotte pour participer à la finale de la Webcup, une compétition en informatique. En raison du cyclone, tout a été chamboulé. «Au lieu de samedi, la compétition s'est tenue vendredi. Nanier pann 'go as planned'», déplore-t-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.