Algérie: Les Algériens éliront un président capable de fédérer les "forces qui ont constitué le Hirak"

La fête du 5-Juillet qui sera célébrée ce vendredi, coïncidera avec le 20ème vendredi des marches pacifiques populaires, enclenchées le 22 février dernier avec comme principales revendications, le départ de tous les symboles du système, la consécration de la justice, de la démocratie et le jugement de tous ceux qui ont été impliqués dans la dilapidation des deniers publics.

Alger — Le scrutin du 12 décembre permettra à l'Algérie d'élire un président capable de fédérer les "forces qui ont constitué le Hirak" autour du projet de l'édification de la "nouvelle Algérie", a indiqué le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi.

"On ne va pas voter pour un homme, on va voter pour l'Algérie, on va élire son président. Le choix c'est le choix de l'Algérie (...). Parce qu'un président élu, a la légitimité de rassembler, de nouveau, les forces qui ont constitué le Hirak pour en faire la force vivante qui construira l'Algérie nouvelle", a déclaré M. Charfi à l'agence russe Sputnik.

Le président de l'ANIE a affirmé, à ce propos, que le mouvement de contestation populaire "Hirak" n'est "pas spontané", mais le résultat de plusieurs années de" frustration".

M.Charfi a rappelé, dans ce contexte, que la mise en place de l'instance indépendante des élections est une "exigence du Hirak" qui "a imposé une interprétation populaire de la constitution".

Lire aussi: Les candidats à la présidentielle tenus d'observer le silence électoral à partir de lundi

"Il a fallu interpréter d'une façon originale et inédite la notion de souveraineté populaire dans la Constitution, consacrée dans les articles 7 et 8 et qui font du peuple la source de la souveraineté", a-t-il expliqué, soulignant que cette interprétation "a permis de promulguer une loi organique", une première au monde.

Détaillent les assurances que fournit l'instance qu'il dirige pour garantir la transparence du scrutin du 12 décembre, M. Charfi a souligné son "caractère indépendant".

"Donc, première garantie, indépendance totale sur le plan institutionnel", a-t-il insisté. La deuxième garantie réside, a-t-il poursuivi, dans le fait que l'ANIE a "la pleine maîtrise des moyens qu'elle juge nécessaires pour l'accomplissement de sa mission", notamment financiers et logistiques.

Selon M. Charfi, la troisième garantie a trait à la "mise en place des structures de l'Autorité indépendante au niveau local".

"Aucune tierce personne ne peut s'immiscer dans l'élection", a-t-il soutenu.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.