Afrique: Le barrage de la Renaissance sur le Nil, un projet qui fait grincer des dents

9 Décembre 2019

Les représentants de l'Egypte, de l'Ethiopie et du Soudan sont à Washington pour une réunion ministérielle. Une rencontre pour évaluer les résultats des négociations au sujet du grand barrage de la Renaissance (GERD).

Le projet de méga-barrage sur le Nil bleu, lancé en 2011 par l'Ethiopie pour un montant de quatre milliards de dollars, vise à construire le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique, avec une capacité de production de plus de 6.000 mégawatts. Mais il suscite des tensions régionales, en particulier avec l'Egypte.

Avec près de 100 millions d'habitants, l'Egypte dépend à 90% du Nil pour son approvisionnement en eau et dit craindre les impacts d'une telle initiative, notamment sur son économie.

Franck Galland est chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique et président d'Environmental emergency & security service. Egalement auteur de "Le grand jeu : chroniques géopolitiques de l'eau", il estime que les tensions liées au barrage de la Renaissance sont historiques mais également géostratégiques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.