Burkina Faso: 11 decembre 2019 - Des innovations à saluer

Photo: fasozine
Le président Roch Marc Christian Kaboré
9 Décembre 2019

La capitale de la région du Centre-Est, Tenkodogo, fait l'objet d'attraction de tout le Burkina. Et pour cause : c'est cette localité qui accueille cette année la commémoration tournante du 11-Décembre.

Le fait même que le Burkina ait pu tenir l'évènement nonobstant non seulement le contexte sécuritaire qui est celui du pays, mais aussi la morosité économique, peut être décrypté comme une victoire de l'ensemble des fils et filles du Burkina.

C'est le signe d'une résilience du pays face à l'avalanche de malheurs liés aux attaques terroristes, qui s'abat sur lui.

Roch Marc Christian Kaboré présidera donc la cérémonie non pas en tant que président d'un pays qui a plié l'échine face aux terroristes, mais en tant que président d'un pays qui refuse obstinément de subir le diktat des forces du mal.

Et les nouvelles du front, ces derniers jours, sont de nature à rendre les Burkinabè fiers de leur armée.

Et toute la classe politique, toutes obédiences confondues, doit mettre à contribution ce grand moment de la vie politique de la Nation que représente la célébration du 11-Décembre, pour rendre hommage de manière forte à tous ces hommes et femmes qui, au prix de leur vie, font face à l'ennemi.

Pour autant, la vigilance ne doit pas être relâchée. Car, l'ennemi, on le sait, cherche à marquer les esprits par des actions téméraires et osées. De ce point de vue, toute la Nation, solidaire et unie, doit veiller au grain pour que ces iconoclastes ne souillent pas notre 11-Décembre.

Cela dit, au rendez-vous de Tenkodogo, l'on peut noter et saluer l'innovation majeure suivante. En effet, les organisateurs de la fête ont bien voulu y associer les autres provinces que compte la région.

Il est vrai qu'à l'édition de Manga, cette option avait été expérimentée mais l'on peut dire que la question avait été déjà instrumentalisée par des politiciens en panne d'idées et de popularité, pour dresser les populations de la région les unes contre les autres. Cette fois-ci, à Tenkodogo, l'on a pu faire l'économie de ce genre de palabres. Et cela est à mettre à l'actif de tous les fils et de toutes les filles de la région.

Il faut souhaiter que Tenkodogo fasse des émules

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cet acte est non seulement le signe d'une maturité politique, mais aussi celui d'une vision holistique du développement.

Malheureusement, de par le passé, cette conception avait été éludée. Mais comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, l'on peut saluer cette innovation et souhaiter qu'elle soit codifiée de sorte à ce que son application ne soit pas à géométrie variable.

L'autre innovation, si l'on peut l'appeler ainsi, est le plaidoyer qui a été fait à l'adresse de la diaspora de la région. En cela, Tenkodogo est unique. Les autres régions l'ont peut être fait mais pas au point de susciter l'intérêt que l'on peut observer du côté de Tenkodogo.

Toutes les régions n'ont certainement pas la chance d'avoir une diaspora aussi nantie que celle de Tenkodogo, suivez mon regard, mais l'on peut dire que toutes les régions qui ont précédé le Centre-Est, n'ont pas suffisamment exploité cette mine que représente la diaspora.

Et toutes les régions du Burkina ont leur diaspora ; seulement tout laisse croire que la stratégie en vue de les impliquer dans la réalisation des infrastructures, a été défaillante.

Banfora qui doit succéder à Tenkodogo, doit pouvoir s'inspirer de l'exemple de cette localité pour tirer davantage la commémoration du 11-Décembre vers le haut en initiant, dès à présent, une opération de charme, de sensibilisation et de communication tous azimuts en direction de sa diaspora.

Dans la perspective de la construction de l'Etat-Nation, il faut envisager la possibilité d'aller au-delà de la diaspora de la région pour prendre en compte la diaspora du Burkina.

Un autre fait marquant qui caractérise Tenkodogo 2019 et qui peut être perçu comme une innovation, est l'implication de la société civile de la région, pour veiller à ce que les travaux annoncés soient exécutés selon les règles de l'art.

Seule cette veille citoyenne peut permettre de mettre la pression sur les entrepreneurs de manière à les amener à bien faire. Et par ces temps qui courent, les entrepreneurs indélicats ont plus peur du contrôle citoyen que de celui de l'Etat.Il faut souhaiter donc que Tenkodogo fasse sur ce point précis, des émules.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.