Sénégal: Les agropoles, une réponse à la faible valorisation des produits locaux, selon Moustapha Diop

Dakar — Les agropoles que le gouvernement envisage d'implanter prochainement devraient constituer une réponse aux préoccupations relatives à la faible valorisation des produits locaux, aux pertes post-récoltes, estime un rapport de la commission des finances de l'Assemblée nationale.

"Les agropoles  sont considérées comme une réponse aux préoccupations relatives à la faible valorisation des produits locaux, aux pertes post-récoltes", peut-on lire dans ce rapport consacré au budget 2020 du ministère du Développement industriel et des Petites et Moyennes industries, arrêté à 9.514.831.998 FCFA.

Selon ce rapport qui cite le ministre du Développement industriel et des Petites et Moyennes industries Moustapha Diop, "les agropoles participent à la création de valeur ajoutée et à la promotion de l'emploi".

Revenant sur cette politique d'industrialisation, le document rappelle que l'agropole Sud, qui doit couvrir les régions de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda aura comme filières prioritaires "la mangue, l'anacarde, et le maïs et comme filières complémentaires la banane, le lait, les produits forestiers non ligneux."

S'agissant de l'agropole nord, qui couvre les régions de Louga, Matam et Saint-Louis, "les céréales, le riz l'horticulture, les produits de l'élevage, de la pêche et de l'aquaculture ont été identifiés comme filières prioritaires".

Selon toujours Moustapha Diop, dont les propos sont rapportés par le document, pour l'agropole centre, ce sont l'arachide, les oléagineux, les céréales, le riz, les cuirs et peaux, le lait, le sel et la pêche qui ont été choisis. L'agropole centre couvre Diourbel, Kaolack, Fatick et Kaffrine.

"Le développement économique du Sénégal passera par le développement d'une industrie dense, moderne, pourvoyeuse d'emplois et apportant une pleine contribution au développement inclusif et durable du pays", a notamment indiqué Moustapha Diop, interpellé sur la transformation des produits agricoles et le renforcement du tissu industriel local.

Outre la lutte contre les pertes post-récoltes à travers une transformation des produits, cette politique d'industrialisation devrait également permettre selon Moustapha Diop, "une promotion de l'innovation et de la propreté intellectuelle ainsi que la promotion de la qualité de la normalisation.

Depuis le début de la soirée, Moustapha Diop est devant les députés pour défendre le projet de budget de son ministère pour l'exercice budgétaire 2020, qui s'est vu allouer 9. 514.831.998 francs CFA.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.