Madagascar: Colloque du Kozama - Concertation autour de l'éducation primaire

Un colloque qui a réuni une centaine d'acteurs étatiques, associations locales, ONG et organisations internationales a été lancé, hier, par l'association Kolo Zaza Malagasy (Kozama) dans le but de discuter mais aussi de réaffirmer les enjeux majeurs de l'éducation primaire à Antananarivo. L'événement s'est déroulé à l'IFM Analakely pendant toute une journée entière.

Ce colloque était l'occasion de voir tous les points qui peuvent favoriser l'accès à une éducation de qualité et sur un pied d'égalité pour tous. Les différents intervenants ont donc profité de l'occasion pour faire un point sur la situation actuelle de l'éducation primaire, capitaliser les bonnes pratiques en créant un espace d'échange entre les différentes parties prenantes de l'éducation et de dégager des axes de plaidoyer pour pérenniser les actions entreprises autour de trois thématiques qui ont fait l'objet de tables rondes pendant le colloque : Comment favoriser l'accès des enfants des familles vulnérables à l'éducation ? Comment améliorer la qualité de l'éducation primaire ? Quelle intégration des Organisations de la Société Civile dans les politiques sectorielles d'éducation ? Les différentes parties présentes ont tenté de répondre à ces trois questions afin de préparer les prochaines actions à mener pour l'amélioration de l'éducation à Madagascar.

Initiative du Kozama. Il est à noter que ce colloque est l'initiative du Kolo Zaza Malagasy, une association qui œuvre dans le milieu de l'éducation depuis 10 ans et qui se fixe comme mission de réduire la pauvreté des foyers les plus vulnérables des quartiers précaires d'Antananarivo à travers l'éveil et l'éducation. Une mission qui ne pourrait réussir sans la contribution d'autres entités pour ne citer que la communauté éducative du pays et les autorités locales. Puis, ce projet de l'association est également soutenu par l'Union Européenne dans l'objectif d'améliorer le système éducatif malgache. D'ailleurs, l'Ambassadeur de l'Union Européenne, Giovanni Di Girolamo a honoré de sa présence l'ouverture officielle de ce colloque sur l'éducation ; « L'Union Européenne s'est toujours engagé pour l'amélioration de l'éducation à Madagascar, aujourd'hui, cette activité fait partie d'un autre volet de l'éducation, c'est un exemple de programme de ce qu'on peut faire à Madagascar puisque la société civile y participe et c'est pour cela que nous le soutenons avec une contribution à hauteur de 75%. », a-t-il expliqué lorsqu'on lui a demandé la contribution de l'Union Européenne dans ce programme. « Une population mieux éduquée peut faire face au défi de la modernité », a-t-il précisé ensuite.

Difficulté complexe. Le secteur de l'éducation à Madagascar a encore énormément d'efforts à faire. « Beaucoup d'enfants ne sont pas encore scolarisés. En plus de cela, 80% des enseignants n'ont pas reçu de formation adéquate sur l'enseignement », nous a dit la directrice exécutive de Kozama, Liantsoa Rakotoarinoro. Et bien évidemment, s'ajoutent à tout ceci les infrastructures scolaires qui sont soit absentes, soit dans des états déplorables. Selon l'explication de la directrice de Kozama, l'équipe de l'association essaie déjà de trouver les fonds nécessaires pour remettre en état les écoles publiques ou en créer s'il n'y en a pas encore dans certains quartiers.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.