Cameroun: Journée du climat - Plaidoyer pour la forêt d'Ebo

Le massif, à cheval entre le Nkam et la Sanagamaritime, connaît une dégradation qui alarme ses riverains.

En prélude à la journée mondiale du Climat, célébrée ce 8 décembre 2019, les chefs traditionnels des villages riverains de la forêt d'Ebo - massif qui s'étend du Nkam à la Sanaga-maritime - ont organisé jeudi 5 décembre à Douala une conférence sur le thème « Action climatique pour la paix et mobilisation des chefs traditionnels riverains de la forêt d'Ebo contre la dégradation alarmante de la biodiversité de leurs forêts. » La rencontre, tenue au Cercle municipal de Bonanjo, était l'occasion pour ces gardiens de la tradition de redire combien il est urgent d'agir en faveur de l'espace, qui touche les localités de Yabassi, Yingui, Ngambe, Massock-Songloulou et Edéa II.

Selon SM Gaston Dipita, président de l'Association des chefs traditionnels riverains de la forêt d'Ebo (Actrife), c'est un écosystème exceptionnel dont la préservation est ainsi mise en péril. « En effet, nos forêts abritent de nombreuses espèces animales et végétales dont l'importance pour la conservation est confirmée par les chercheurs nationaux et internationaux », a indiqué le chef traditionnel lors de la rencontre de jeudi dernier. Eléphants, drills, chimpanzés et gorilles s'y trouvent encore, quand des espèces comme le léopard ou le buffle ont finalement disparu, victimes du braconnage.

A côté cette pratique interdite, les populations riveraines de la forêt d'Ebo déplorent « le sciage sauvage », opéré « souvent avec la complicité de certains chefs traditionnels, de certaines élites et même de certains barons de l'administration », a relevé Gaston Dipita. « Tout ceci non seulement diminue la richesse biologique de nos forêts, mais surtout décourage de nombreux chercheurs et touristes qui s'intéressaient déjà à notre zone (... ), réduisant ainsi les opportunités d'emploi pour nos enfants », a-t-il ajouté. La conférence de jeudi dernier, à laquelle les autorités administratives étaient représentées, a néanmoins laissé voir une lueur d'espoir. Le projet gouvernemental de transformer en parc national près de 1100 km carrés de cette forêt - dont la superficie totale est d'environ 2000 km carrés - est en bonne voie. Assurance en a été en tout cas donnée par les officiels présents. Les 1100 km carrés susmentionnés avaient été circonscrits en 2006. Le décret de classement reste attendu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.