Cameroun: Projet de loi de finances 2020 - Le feu vert des députés

A l'issue d'une longue séance plénière samedi dernier à l'Assemblée nationale, le texte défendu par le Minfi, Louis Paul Motaze, a été validé.

Ce dernier épisode du feuilleton ouvert à l'Assemblée nationale le vendredi 6 décembre, s'est déroulé samedi dernier entre 11h23 et 18h58. Au bout de discussions générales intenses, les députés, dans leur majorité et sous la conduite du Très honorable Cavaye Yéguié Djibril, ont adopté les 62 articles du projet de loi de finances 2020. Ce texte présente un budget équilibré en ressources et en emplois à la somme de 4 951,7 milliards de F. Un projet de loi défendu par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze.

Tout commence par la lecture du rapport de la Commission des Finances et du Budget par le rapporteur, l'hon. Luc Koa. Pendant deux heures, il a fait le point des auditions des membres du gouvernement devant la Commission « Ayayi ». Un passage au cours duquel, a souligné l'hon. Koa, les préoccupations des membres de la Commission ont été les mesures concrètes envisagées par le gouvernement pour l'amélioration des conditions de vie des populations, l'accélération de la décentralisation, l'application des résolutions du Grand dialogue national à travers la mise en place du statut spécial des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, entre autres.

Les préoccupations soulevées par les députés au cours des discussions générales, n'étaient pas loin de celles évoquées plus haut. Même si les députés du Social Democratic Front, arrivés dans l'hémicycle au cours de la séance, demandaient plus. En effet, prenant la parole, le président du Groupe parlementaire SDF, l'hon Paul Nji Tumasang, après un plaidoyer pour la reconstruction des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a tout simplement demandé le renvoi du projet de loi de finances pour réexamen. Le SDF reviendra à la charge, après le premier rejet de cette motion de censure, à travers l'hon. Joseph Mbah Ndam pour intenter le même procès. Celui d'ajourner le vote du budget 2020. Face au refus motivé de la majorité, les parlementaires du parti de Ni John Fru Ndi vont quitter l'hémicycle.

Dans son éclairage, le Minfi, Louis Paul Motaze s'est largement étendu sur les socles du projet de la loi de finances 2020. Premier socle, sa conformité avec les hautes orientations du chef de l'Etat contenues dans la Circulaire du 24 juillet 2019, relative à la préparation du budget de l'Etat pour 2020 et aux principes définis par la loi du 11 juillet 2018 portant régime financier de l'Etat et des autres entités publiques. Autres socles, des mesures fiscalo-douanières ambitieuses, prévoyant notamment la protection des entreprises citoyennes par une taxation douanière à l'exportation favorisant la transformation locale des matières premières.

On note également des mesures incitatives à la réhabilitation des zones économiques sinistrées pour les régions du Nord-Ouest du sud-Ouest et de l'Extrême-Nord, dont le montant de la reconstruction s'élèves à 120 milliards de F. Il y a également l'approfondissement du processus de décentralisation avec une enveloppe de 37,7 milliards de F, et une augmentation de 4,7 milliards de F pour les ressources à allouer aux collectivités territoriales décentralisées. Des arguments majeurs présentés et défendus par le Minfi, Louis Paul Motaze. Pour ce dernier, la loi de finances 2020, bien qu'en diminution de 260,3 milliards par rapport l'exercice 2019, est conçu dans l'hypothèse d'un taux de croissance économique de 4%.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.