Congo-Kinshasa: Développement durable - Des experts se penchent sur la gestion des projets publics axée sur les bénéfices sociaux

9 Décembre 2019

Des experts de différentes institutions intervenant dans le secteur du développement durable, réfléchissent, au cours d'une conférence à Kinshasa, sur quelques pistes de solutions appropriées aux différentes causes de l'échec constatées durant le cycle du projet. Cela, principalement la durabilité et la pérennisation des acquis des projets financés sur ressources propres ou extérieures.

Il s'est ouvert, lundi 9 décembre à Romeo Golf de Kinshasa, une conférence de haut niveau sur la gestion des grands projets publics d'investissement axée sur les bénéfices sociaux.

L'organisation de cette activité s'inscrit dans le cadre d'une série de formation sur « la gestion axée sur les résultats », qui est assurée par deux experts de la firme ILP Cop de Canada (Initiative leadership et performance).

Ces travaux réunissent les représentants des bailleurs de fonds, les secrétaires généraux des ministères et coordonnateurs des institutions ainsi que des experts intervenant dans le secteur du développement rural.

Pour le ministre des Finances, Sele Yalaghuli, représenté à l'ouverture de ces travaux par son directeur de cabinet, prof. Ngonga, cette conférence est organisée « en vue de donner des solutions appropriées aux différentes causes de l'échec constatées durant le cycle du projet, principalement la durabilité et la pérennisation des acquis des projets financés sur ressources propres ou extérieures ». Il a, par la même occasion, fait savoir que plusieurs participants à ces travaux ont déjà bénéficié au pays ou à l'étranger, des formations sur la « gestion axée sur les résultats ».

En effet, cette conférence de haut niveau permet aux participants « de tenir la passation des marchés, le suivi-évaluation des projets, la gestion financière des projets, d'assurer la durabilité et la pérennisation des acquis des projets ».

Une nouvelle approche de la firme ILP

Selon le représentant du ministre des Finances, la firme canadienne ILP va, au cours de cette conférence, présenter aux participants « une nouvelle approche qui vient compléter celle axée sur les résultats, avec accent particulier sur la durabilité et la pérennisation des acquis des projets ».

« Cette approche appliquée actuellement, dans le cadre de gestion des grands projets dans les pays scandinaves, au Royaume-Uni et au Canada, a fait ses preuves, selon la firme ILP, dans la réussite des résultats attendus par les populations bénéficiaires en termes des bénéfices sociaux », a-t-il indiqué.

De son avis, la durabilité et la pérennisation des projets constituent une grande part de faiblesse dans la quasi-totalité des projets déjà clôturés. Quoi de plus normal qu'il demande « aux secrétaires généraux où la plupart des projets sont logés, au titre d'ancrage, dans leurs administrations d'engager une discussion de fonds avec les orateurs du jour, afin de dégager une feuille de route qui pourrait nous faire sortir de ce gouffre ». Il attend donc de ces assises, un nouveau décollage, à l'instar des pays scandinaves, dans la gestion de la durabilité et de la pérennisation des acquis des projets.

Par ailleurs, le prof. Ngonga a fait savoir aux participants que leurs « réflexions » permettront au gouvernement de réaffirmer son engagement en vue d'impacter de manière durable la vie des populations.

Elles attireront également « l'attention du gouvernement sur les opportunités manquées faute de la gestion de la durabilité des projets ». Et assureront « que la nouvelle approche permette de répondre aux bénéfices sociaux attendus de ces projets, tout en gardant à l'esprit l'objectif du développement durable ».

Gestion efficiente des ressources publiques

Pour sa part, le prof. Abel Ngondo, directeur du ministre du Développement rural, a déclaré que « dans le contexte où le gouvernement est en train d'amorcer des réformes et de rationaliser les dépenses publiques pour plus de résultats, la gestion efficiente des ressources publiques, plus spécifiquement celles consenties aux grands projets d'investissements nationaux, devient indispensable ».

« Il convient de noter une faible appropriation des acquis et un niveau de satisfaction insuffisant des populations locales par rapport aux efforts consentis, caractérisant à ce jour, la gestion des projets et programmes, ce qui pose la question de la pertinence des projets implantés, de la durabilité des résultats, de la pérennisation des acquis et des bénéfices ressentis au niveau des populations bénéficiaires », a-t-il dit.

Le manager de la firme ILP, Giles Clottau, a, de son côté, fait savoir qu'il est « très content » du fait que sa structure est associée à l'organisation de cette conférence.

Le secrétaire général a.i au Développement rural, Dr. Joseph Muamba Lubemba, a fait savoir que la durabilité et la pérennisation des acquis des projets sont confrontées à plusieurs défis, dont la non-appropriation des projets par les populations locales. Cette situation ne peut laisser indifférent le gouvernement congolais, a-t-il souligné.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.