Sénégal: Finances publiques - Les ressources totales se sont inscrites en légère hausse de 2,1% en 2018

La gestion budgétaire au titre de l'année 2018 s'est déroulée dans un contexte marqué par la poursuite de l'exécution des projets déclinés dans le Pse et de la mise en œuvre des réformes identifiées dans le cadre du programme économique et financier appuyé par l'instrument de soutien à la politique économique (Ispe).

«Elle s'est articulée, conformément à la politique de rationalisation des dépenses de consommation de l'État, autour de la gestion prudente des charges de fonctionnement et du maintien d'un niveau soutenu des investissements structurants.

En termes de mobilisation des ressources, les efforts ont porté, essentiellement, sur l'élargissement de l'assiette fiscale et le renforcement du contrôle.

Globalement, le besoin de financement (déficit budgétaire dons compris) est ressorti à 477,6 milliards, soit 3,7% du PIB en 2018, contre un déficit de 362,2 milliards, soit 3,0% du PIB en 2017 », explique la Direction de la planification et des études économiques (Dpee) dans son rapport économique et financier.

«Les ressources totales se sont inscrites en légère hausse de 2,1%, passant, ainsi, de 2376,6 milliards en 2017 à 2425,5 milliards en 2018.

Elles sont composées de recettes budgétaires pour 2137,5 milliards, de dons pour un montant de 256,4 milliards et des ressources au titre du FSE pour 31,6 milliards », informe la Dpee.

S'agissant des recettes fiscales, estimées en hausse de 7,9%, elles sont constituées essentiellement des « impôts sur le revenu, les bénéfices et les gains en capital », des « impôts sur le commerce extérieur et les transactions internationales » (droits de porte) et

des « impôts sur les biens et services » avec des parts respectives de 30,3%, 14,6% et 51,1%. Les « impôts sur le revenu, les bénéfices et les gains en capital » sont évalués à 603,3 milliards en 2018 après une réalisation de 543,5 milliards en 2017, soit un accroissement de 59,8 milliards (+11,0%).

En revanche, l'impôt sur les sociétés, évalué à 190 milliards, a enregistré une légère baisse de 1,7 milliard en rapport avec le recul des contributions des secteurs secondaire et tertiaire.

En effet, explique-t-on, la Société Sabodola Gold Operation, principale entreprise pourvoyeuse de cet impôt, a vu sa contribution baisser du fait du repli de son bénéfice imposable à la suite des dotations aux amortissements relativement élevées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.