Congo-Kinshasa: Liste noire de l'UE - Lambert Mende et Roger Kibelisa effacés !

Le Conseil de l'Union européenne s'est penché, lors de sa 3738ème session tenu hier, à Bruxelles, sur la situation en RD-Congo. Principalement au sujet de l'évolution de la situation politique après les élections du 30 décembre 2018.

Par ailleurs, le Conseil de l'UE a décidé de maintenir des mesures restrictives individuelles à l'encontre de plusieurs personnalités du Régime Kabila et de les lever pour deux autres, sur la base, lit-on dans le communiqué publié à cet effet, d'une évaluation de la situation en RDC. Même si les noms de deux personnalités absous n'ont pas été repris dans ledit communiqué, des sources diplomatiques citent l'ancien Ministre de la Communication et Médias, porte-parole du Gouvernement, Lambert Mende ainsi que Roger Kibelisa, ancien Conseiller pour la sécurité auprès de la présidence congolaise. "Le Conseil réexaminera à nouveau les mesures restrictives au vu de l'évolution de la situation et se tient prêt à les adapter en conséquence".

Evaluant la situation politique en RDC, le Conseil, dans ses conclusions lors de sa 3738ème session, tout en faisant état des défis importants auxquels le pays est encore confronté, précise que l'UE est prête à s'engager progressivement à soutenir le programme de réforme du gouvernement Ilunga Ilunkamba, sur la base d'engagements réciproques. En clair, l'UE réitère son intention de demeurer un partenaire et un interlocuteur essentiel de la RDC. D'autant plus que, souligne-t-elle, le premier transfert de pouvoir pacifique de l'histoire du pays ouvre une fenêtre d'opportunité pour la stabilité et le développement inclusif en RDC et dans la région tout entière.

« L'UE note avec satisfaction les engagements pris par le président Tshisekedi en faveur d'un redressement national basé sur le respect de l'état de droit, la promotion et la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales, y compris l'égalité hommes-femmes et l'autonomisation des femmes et des filles, la lutte contre l'impunité et contre la corruption et l'amélioration de la situation sécuritaire », renseigne le communiqué. Toutefois, la persistance d'un nombre élevé d'atteintes aux droits de l'homme et au droit international humanitaire ainsi que des violences, dont des violences sexuelles, nécessite une réponse judiciaire adaptée.

Et, afin de consolider la démocratie et garantir la stabilité, et en prévision des futures échéances électorales, l'UE appelle à la réforme des institutions garantes de la démocratie et des processus électoraux, en particulier la Cour constitutionnelle et la Commission électorale nationale indépendante, dans le cadre d'un processus inclusif et crédible. La transparence et la crédibilité des prochains scrutins ainsi que la participation de tous, y compris des jeunes et des femmes, seront essentielles pour consolider la stabilité en RDC, précise l'UE.

Des restrictions

On rappellera que les sanctions avaient été adoptées depuis décembre 2016 et mai 2017 en réponse aux entraves au processus électoral et aux violations des droits de l'homme. Au total, quatorze personnalités congolaises figuraient sur la liste, dont la plupart étaient de hauts gradés militaires et des personnalités politiques du Régime Kabila. Ces restrictions concernent notamment, le gel des avoirs et l'interdiction de visa pour l'UE.

Si Lambert Mende et Roger Kibelisa se tirent d'affaire, il n'en est pas le cas pour Ilunga Kampete, Gabriel Amisi Kumba, Ferdinand Ilunga Luyoyo, Célestin Kanyama, John Numbi, Delphin Kaimbi, Evariste Boshab, Alex Kande Mupompa, Jean-Claude Kazembe, Emmanuel Ramazani Shadary, Eric Ruhorimbere et Kalev Mutond.

Ces derniers devront attendre une autre évaluation du Conseil de l'Union Européenne.

Mende, la réaction à chaud

Contacté par nos confrères de Jeune Afrique, l'Honorable Mende, comme toujours, n'a pas été tendre vis-à-vis de l'UE. "Je continue à me questionner sur la nature des relations que mon pays entretient avec l'Europe et je continue à désapprouver ce qui est une mise sous tutelle d'un pays indépendant", dit-, avant d'ajouter que personne ne peut être condamné, comme cela a été le cas ces trois dernières années, sans avoir le droit de se défendre».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.