Congo-Kinshasa: Les étudiants s'engagent à lutter pour l'égalité entre l'homme et la femme !

Dans le cadre des 16 jours d'activisme contre les violences faites aux femmes lancés, depuis le 25 novembre, par Béatrice Lomeya, Ministre d'Etat en charge du Genre, Famille et Enfant, il a été organisé, lundi 9 décembre, une série de sensibilisation dans les établissements universitaires de Kinshasa, sous tutelle dudit portefeuille.

Béatrice Lomeya a, à cet effet, délégué ses experts pour conscientiser les étudiantes et étudiants, qui, d'ailleurs, se sont engagés non seulement en faveur de la problématique de zéro cas de viol sur les femmes et filles d'ici 2030 qui est une grande préoccupation du Gouvernement; mais aussi sur l'égalité qui existe entre l'homme et la femme à la seule différence des organes génitaux. Chose qui ramène au thème choisie pour cette année dans la lutte contre les violences faites aux femmes : « Orangez le monde : la génération égalité s'oppose au viol ».

Les étudiants ont dit "Oui" à la lutte contre les violences faites aux femmes puisqu'elles ont des conséquences néfastes tant au niveau physique que psychologique. A l'Institut Facultaire des Sciences de l'Information et de la Communication (IFASIC), Annie Kenda, experte du Ministère du Genre, Famille et Enfant, a conduit les débats qui ont permis à ces universitaires de s'imprégner des innovations du nouveau code de la famille, de la convention pour l'élimination de toutes les violences faites aux femmes, en martelant, par ailleurs, sur l'autonomisation des femmes.

Le même message a été communiqué à Institut Supérieur de Commerce (ISC) où les participants se sont dits heureux d'avoir été associés à cette sensibilisation qui est d'une grande importance. « La différence est sur la dimension biologique entre l'homme et la femme à partir du sexe. Quant à la dimension sociale, cette différence n'existe pas », a déclaré une étudiante. «Etant étudiant, nous avons eu cette chance de connaître toutes ces choses. A notre tour, nous devons sensibiliser nos frères et sœurs qui n'ont pas bénéficié de cette même opportunité », a laissé entendre une autre.

Il sied de rappeler que Béatrice Lomeya avait invité la population congolaise à mobiliser davantage et s'engager, de manière exemplaire, afin de prévenir et mettre fin à ces violences, sous toutes ses formes. Ce, en dénonçant les cas des violences, afin de punir les responsables et rendre justice aux victimes et ainsi voir par quels moyens les prendre en charges. « La justice devra appliquer la loi dans toute sa rigueur pour vaincre l'impunité en la matière. Ce n'est que dans ces conditions que les femmes et les filles mettront au service de la nation les potentiels énormes dont elles disposent, en vue de son développement», avait-elle indiqué.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.