Guinée: Conakry - Un racket policier se termine par un drame

10 Décembre 2019

Malgré la référence réforme des forces de défense et de sécurité (FDS), les bavures des services de sécurité continuent sur les axes routiers de la Guinée.

Une source locale nous apprend que des policiers ont ouvert le feu sur un conducteur de mototaxi dans la soirée du lundi 9 décembre 2019 au Carrefour SOS sur l'autoroute Le Prince entre les transversales 6 et 7.

Selon des témoins, tout est parti lorsque des agents de la police ont voulu immobiliser avec force un véhicule de transport en commun.

"Un policier est monté dans un taxi en intimant au conducteur de garer mais vu la manière d'agir de l'agent, le chauffeur a refusé.

C'est ainsi le policier a forcé d'enlever les clés du véhicule jusqu'à ce le véhicule traverse le caniveau pour rentrer dans un hangar, les gens qui s'y trouvaient ont été sauvés de justesse.

Finalement, les clés de l'engin ont été cassées. Le chauffeur a été malmené par des policiers avant d'être emprisonné au poste de police de SOS. Cette situation a irrité la colère des citoyens et les amis du chauffeur qui ont exigé sa libération.

Les policiers ont appelé des renforts qui ont et réussi à disperser la foule avec du gaz lacrymogènes. Quelques temps après, des disputes ont repris, c'est là que des policiers ont à nouveau lancé du gaz lacrymogènes.

Un conducteur de moto taxi originaire de Mamou qui était sur son engin a été touché au niveau de la tête et il tombé. Certains disent que c'est une balle tirée par un policier qu'il a reçue, d'autres disent que c'est une grenade lacrymogène.

Il a été transporté d'urgence vers un centre de soins mais on a pas encore de ses nouvelles. Il a peut de chance de s'en sortir.

Des policiers ont profité de la situation pour dépouiller des gens. Une moto a été prise par des agents à Kasse. C'est triste tout ça", nous explique un citoyen qui a requis l'anonymat.

Nous y reviendrons

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.