Sénégal: Alphabétisation - Les programmes du pays donnés en modèle

10 Décembre 2019

L'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a rendu public son quatrième Rapport mondial sur l'apprentissage et l'éducation des adultes (Grale 4). Ce document met en exergue les progrès accomplis par le Sénégal en matière d'apprentissage et d'éducation des adultes.

Si les efforts doivent être faits en terme de financement sur la promotion de l'alphabétisation, il n'en demeure pas moins que l'Unesco considère le Projet d'alphabétisation pour les jeunes filles et les femmes (PAJEF) comme un modèle à suivre pour améliorer les taux nationaux et mis à l'échelle des pays africains.

L e Projet d'alphabétisation pour les jeunes filles et les femmes (Pajef) a été cité en exemple dans le quatrième Rapport mondial de l'Unesco sur l'apprentissage et l'éducation des adultes (Grale 4).

Selon l'Unesco, les programmes d'alphabétisation mis en œuvre par le pays passent pour être un modèle à reproduire dans d'autres pays du continent africain.

En effet, le Pajef a permis d'atteindre environ 40,000 participantes analphabètes âgées de 15 à 55 ans. Il était question de familiariser les participantes aux TIC, telles que les téléphones portables et les programmes de télévision afin de créer un environnement lettré durable et de consolider les compétences d'alphabétisme de base.

Il a été mentionné par l'Unesco que le programme a adopté différentes approches de l'apprentissage, comme par exemple, des cours en présentiel, un enseignement fondé sur les TIC et l'usage de la télévision.

Le désir de lire et d'écrire des messages SMS constitue la forte motivation des filles et femmes, les amenant à prendre part à des activités d'alphabétisation.

L'étude présentant beaucoup de progrès au cours des dernières décennies en matière d'alphabétisation, ne donne pas des informations précises sur la situation de départ du sous-secteur et l'environnement actuel de l'alphabétisation à la mise en œuvre des programmes.

En revanche, l'Unesco informe que « 48,1% des adultes sénégalais manquent encore d'alphabétisation, selon les dernières informations de son Institut de statistique. Avant de poursuivre : le taux d'alphabétisation des femmes n'est que de 39,8%.

On a également constaté qu'environ 30,5% des jeunes âgés de 15 à 24 ans manquaient de compétences en alphabétisation. Chez les jeunes femmes, ce taux était de 36,5% ».

Dans ce sillage, l'Unesco estime qu'il nous reste encore un long chemin à parcourir. De nouveaux investissements financiers et l'intégration de l'alphabétisation dans les plans du secteur de l'éducation sont nécessaires pour permettre à chacun de lire et d'écrire.

Pour promouvoir l'alphabétisation et l'apprentissage tout au long de la vie, le rapport appelle à un changement radical d'approche, étayé par des investissements adéquats.

A l'horizon 2030, l'Unesco a formulé six recommandations telles que des investissements accrus dans l'apprentissage et l'éducation des adultes, de la part des gouvernements, des employeurs et des particuliers, une réorientation de financement de l'éducation pour soutenir tant l'éducation des adulte que celle des enfants et la poursuite de la recherche sur les bonnes pratiques, en particulier en ce qui concerne les groupes vulnérables et exclus.

Elle préconise aussi une approche intégrée, intersectorielle et interministérielle de la gouvernance pour permettre aux États membres de tirer le meilleur parti possible des bénéfices de l'éducation des adultes, avec des ressources allouées en conséquence.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.