Gabon: Les commerçants du trottoir

10 Décembre 2019

Au Gabon, notamment à Libreville, un bon nombre de commerçants occupent les espaces piétons pour écouler leurs marchandises. Une façon de faire qui étonne, quand on sait qu'il y a des marchés dans les arrondissements de la ville. Les réprimandes des agents municipaux sur le terrain n'y font rien. Aux dires des populations, les commerçants s'entêtent parce qu'ils les " soudoient ".

À Libreville, les commerçants vendent sur le trottoir en lieu et place des marchés. Il suffit de faire un saut à l'ancien feu tricolore de Nzeng-Ayong, au rond-point d'Awendjé où encore au carrefour I.A.I, pour le constater de visu.

Les commerçants qui font dans la vente des produits alimentaires et vestimentaires y ont élu domicile. ils disent le faire pour être proche de la clientèle. " Je trouve que les marchés ne sont pas proche des clients. En étant à la route, je suis au contact des clients et j'ai beaucoup plus de chance de vendre mes produits ", nous fait savoir une commerçante au rond-point Awendjé.

Cette pratique à certes des avantages, mais elle revêt tout de même des inconvénients. Des inconvénients, qui sont principalement d'ordres sécuritaires et hygiéniques. Pour faire face à la recrudescence du fléau, la mairie, par le canal de ses agents municipaux se déploie sur le terrain. L'action qui se répète depuis des années accouche d'une souris. Les équipes municipales se succèdent et le phénomène se repend de plus belle.

Quid des descentes des agents municipaux sur le terrain ?

Le phénomène de ventes sur le trottoir se retrouve un peu partout, lorsqu'une nouvelle équipe municipale s'installe à la mairie. Le même fléau tend parfois à disparaître quelques temps après. Dès lors, on peut se demander si les agents municipaux sont de connivence avec les commerçants. On est en droit de s'interroger, quand on sait que la corruption est le langage que certains ont en partage. Loin de nous l'idée de vouloir accuser qui que ce soit. Mais, il est tout à fait normal que la persistance du phénomène fasse naître un sentiment de suspicion chez certains Librevillois. " Il y a peut-être une affaire de pognon entre les agents municipaux et les commerçants", pense un Librevillois. Un autre de renchérir en disant : "Les commerçants ne peuvent pas rester ainsi sur le trottoir s'il n' y a pas un deal avec les gens de la mairie "

Le trottoir qui est du domaine public devient le siège social de certains commerçants. Des commerçants, qui marchent sur les lois de la République au nez et à la barbe des autorités. Au fil des années, le phénomène gagne du terrain et donne une impression de grande liberté qu'on ne trouve qu'à Libreville.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.