Afrique: Climat - Plusieurs pays ont diminué leur gaz à effet de serre en 2018

Un rapport rendu public le 10 novembre, en marge de la COP 25 à Madrid, en Espagne, salue des avancées enregistrées dans la lutte contre les changements climatiques et appelle certains pays à agir davantage dans le cadre des ambitions ficelées dans l'accord de Paris.

Estimant que certains pays se sont distingués dans la réduction de la pollution, les auteurs de l'analyse notent cependant que des émetteurs importants comme les Etats-Unis sont toujours sur la mauvaise pente. A ce sujet, le « Climate change performance index » de Germanwatch et le Climate action network signalent que trente et un des cinquante-sept pays responsables de 90% des gaz à effet de serre mondiaux ont vu effectivement leurs émissions baisser.

Malgré cela, l'Australie, l'Arabie saoudite et en particulier les Etats-Unis sont source de « grande inquiétude » en raison de leurs faibles performances en termes d'émissions et leurs politiques climatiques, indique un communiqué. Et pour la première fois, les Etats-Unis ont remplacé l'Arabie saoudite à la dernière place.

Dans ce classement qui mesure les performances des pays en matière de protection du climat, les trois premières places du classement restent vides parce qu'aucun Etat ne mène une politique compatible avec l'Accord de Paris qui prévoit de contenir le réchauffement climatique bien en-dessous de 2°C. La Suède est en quatrième place devant le Danemark. Quant à la Chine, premier émetteur mondial, elle arrive en trentième position alors que l'Union européenne occupe la vingt-deuxième position.

Commentant ces performances, Ursula Hagen de Germanwatch a dit que l'indice « montre les signes d'un tournant mondial en termes d'émissions, avec une réduction de la consommation de charbon », ajoutant : « Mais plusieurs grands pays continuent de résister à cette tendance, au premier rang desquels les Etats-Unis ».

Dans un autre rapport, le CAT qui évalue les engagements de trente-six pays comptant pour 80% des émissions, avertit que les promesses actuelles des gouvernements restent insuffisantes au regard de l'Accord de Paris. Elles mèneraient à +2,8°C d'ici à 2100, a-t-on précisé. « Nous ne voyons pas le type d'actions qu'on attendrait de gouvernements face à une crise climatique », juge Niklas Höhne, de l'organisation Newclimate institute, cité dans un communiqué.

Pour le CAT, les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas comme souhaité parce que le charbon continue de jouer un rôle important dans la politique énergétique de certains pays. En ce qui concerne cette situation, le CAT pointe du doigt particulièrement la Chine, le Japon et la Corée du Sud.

Dans leur rapport, les auteurs s'inquiètent aussi que le gaz naturel soit présenté comme « propre » alors que la consommation de cette énergie fossile produit des gaz à effet de serre. Ils évoquent néanmoins un point positif, notamment le fait que la capacité installée des énergies renouvelables a doublé en dix ans et devrait augmenter de 50% au cours des cinq prochaines années.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.