Sénégal: Teranga Gold Corporation s'adjuge la mine de Massawa

Dakar — Teranga Gold Corporation, société mère de la filiale Sabodala Gold Operations, a annoncé mardi avoir acquis une "participation de 90% dans le projet aurifère Massawa  d'une filiale en propriété exclusive de la Société aurifère Barrick  et de son coentrepreneur, la Compagnie sénégalaise de transports transatlantiques Afrique de l'Ouest SA", selon un communiqué parvenu à l'APS.

Cette acquisition résulte d'une convention définitive conclue par la société, précise le communiqué, soulignant que "la participation restante de 10% dans Massawa appartiendra au gouvernement du Sénégal".

Selon le communiqué, Massawa fait partie des "réserves aurifères à ciel ouvert non mises en valeur, qui présentent la teneur en or la plus élevée en Afrique".

"Elle est située à distance de camionnage de la mine d'or de Sabodala, mine phare de Teranga au Sénégal, ce qui ouvre la voie à d'importantes synergies d'investissement et d'exploitation.

La proximité des projets et le traitement à l'usine de concentration de Sabodala du minerai à teneur élevée de Massawa (le complexe Sabodala-Massawa) devraient faire de Sabodala une installation de premier ordre", ajoute la même source.

Le projet Massawa a été découvert par Randgold Resources Limited, qui a fusionné avec Barrick, le 1er janvier 2019.

Massawa contient 2,6 millions d'onces de réserves minérales aurifères historiques prouvées et probables, calculées à un prix de l'or de 1 200 dollars US/oz. Environ 80% du minerai devrait être traité par lixiviation au carbone du minerai vierge, le reste étant traité au moyen d'un circuit biox.

L'étude de faisabilité du projet Massawa envisageait la construction d'infrastructures moyennant environ 333 millions de dollars US, auxquelles serait ajouté un circuit biox pour traiter les minerais réfractaires aux dernières étapes de la durée de vie de la mine, moyennant 80 millions de dollars supplémentaires. Soit un coût d'immobilisations total de 413 millions de dollars.

A lui seul, le projet Massawa devait produire en moyenne environ 200.000 onces d'or par année au cours des dix premières années.

A l'heure actuelle, entre 35 et 40 millions de tonnes de matériau sont extraites de Sabodala et plus de quatre millions de tonnes de minerai y sont traitées par année.

Teranga prévoit de commencer à traiter le minerai libre des gisements de Massawa à son usine existante de lixiviation au carbone, au cours du deuxième semestre de 2020.

La société minière a l'intention d'extraire et de traiter en priorité les réserves à teneur élevée de Massawa. Il est prévu que, d'ici à 2021, plus de la moitié du minerai traité à l'usine de Sabodala pourrait provenir des gisements de Massawa.

D'après l'étude de faisabilité du projet Massawa et le plan minier actuel de Sabodala, le complexe Sabodala-Massawa devrait faire augmenter le profil de production d'or existant de Sabodala.

La contrepartie initiale totalise 380 millions de dollars US et se compose d'environ 300 millions de dollars en espèces et d'un total d'environ 80 millions de dollars en actions de Teranga remises à Barrick et à CSTTAO.

Cette acquisition résulte d'une convention définitive conclue par la société, précise le communiqués, soulignant que "la participation restante de 10 % dans Massawa appartiendra au gouvernement du Sénégal".

Le texte indique Massawa fait partie des "réserves aurifères à ciel ouvert non mises en valeur qui présentent la teneur en or la plus élevée en Afrique".

"Elle est située à distance de camionnage de la mine d'or de Sabodala, mine phare de Teranga au Sénégal, ce qui ouvre la voie à d'importantes synergies d'investissement et d'exploitation.

La proximité des projets et le traitement à l'usine de concentration de Sabodala du minerai à teneur élevée de Massawa (le « complexe Sabodala-Massawa ») devraient faire de Sabodala une installation de premier ordre", selon le communiqué.

Le projet Massawa a été découvert par Randgold Resources Limited, qui a fusionné avec Barrick le 1er janvier 2019.

Massawa contient 2,6 millions d'onces de réserves minérales aurifères historiques prouvées et probables, calculées à un prix de l'or de 1 200 $/oz. Environ 80 % du minerai devrait être traité par lixiviation au carbone du minerai vierge, le reste étant traité au moyen d'un circuit biox.

L'étude de faisabilité du projet Massawa envisageait la construction d'infrastructures moyennant environ 333 millions de dollars, auxquelles serait ajouté un circuit biox pour traiter les minerais réfractaires aux dernières étapes de la durée de vie de la mine moyennant 80 millions de dollars supplémentaires, soit un coût d'immobilisations total de 413 millions de dollars.

À lui seul, le projet Massawa devait produire en moyenne environ 200 000 onces d'or par année au cours des 10 premières années.

À l'heure actuelle, entre 35 et 40 millions de tonnes de matériau sont extraites de Sabodala et plus de 4 millions de tonnes de minerai y sont traitées par année.

Teranga prévoit de commencer à traiter le minerai libre des gisements de Massawa à son usine existante de lixiviation au carbone au cours du deuxième semestre de 2020.

Teranga a l'intention d'extraire et de traiter en priorité les réserves à teneur élevée de Massawa. Il est prévu que, d'ici 2021, plus de la moitié du minerai traité à l'usine de Sabodala pourrait provenir des gisements de Massawa.

D'après l'étude de faisabilité du projet Massawa et le plan minier actuel de Sabodala, le complexe Sabodala-Massawa devrait faire augmenter le profil de production d'or existant de Sabodala.

La contrepartie initiale totalise 380 millions de dollars et se compose d'environ 300 millions de dollars en espèces et d'un total d'environ 80 millions de dollars en actions de Teranga remises à Barrick et à CSTTAO.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.