Ile Maurice: Flacq - Foot, détente et sensibilisation pour 350 jeunes

10 Décembre 2019

Ce lieu, qui a vu vibrer des centaines de patriotes lors de la finale de football opposant Maurice et La Réunion dans le cadre des Jeux des îles, le 28 juillet dernier, a fait le bonheur de 350 jeunes de neuf à 16 ans de la région est. C'était à l'occasion d'un gala de football à l'initiative du centre technique de l'Est, basé au stade, en collaboration avec le Faucon Flacq Sporting Club, le ministère de la Jeunesse et des sports, la Mauritius Football Association, Constance la Gaieté, Black Legend Textiles, SIM, entre autres partenaires.

L'invitée à ce festival de football était l'équipe Standard Chartered de Labourdonnais. Quant aux autres jeunes participants de cette journée, ils évoluent tous au sein des écoles de foot de la région, dont Poste-de-Flacq, Lallmatie, Mare-La-Chaux et Flacq. En outre, ils s'entraînent trois fois la semaine au stade Auguste Vollaire au sein du centre technique de l'Est. Parmi, trois équipes féminines, une encadrant les moins de 13 ans, une autre, les moins de 15 ans et la dernière, les moins de 17 ans.

Jasmin Walter, le responsable du centre technique de football de l'Est confie que ce festival clôt un an de travail avec les enfants.

«Ce gala est aussi l'occasion de les évaluer car l'objectif est de les voir évoluer un jour au sein des équipes d'élites comme d'autres, qui ont commencé ici. On aurait aimé qu'ils aillent encore plus loin et atteignent l'international», soutient celui qui a aussi entraîné les joueurs de Faucon Flacq.

Causerie sur le VIH/SIDA

Il ajoute que les organisateurs en profitent aussi pour sensibiliser les jeunes contre la drogue et le VIH/Sida qui font beaucoup de ravages au sein de la société. «Nous avons le devoir de passer le message également dans les écoles de foot pour les mettre à l'abri de ces fléaux».

Ainsi, en sus des matchs de foot, ces 350 jeunes, de même que les parents, éducateurs et entraîneurs présents, ont eu droit à une causerie sur le VIH/ Sida par une représentante du ministère de la Santé. Celle-ci travaille avec des personnes infectées.

D'autant que la Journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida est commémorée le 1er décembre. L'assistance installée sur le gradin principal du stade a ainsi appris que le sida est une maladie grave car il n'y a pas encore de remède encore pour tuer le virus du VIH.

Et, que les médicaments disponibles à Maurice et à l'étranger aident les personnes séropositives à vivre plus longtemps, sans pour autant éliminer le virus. La préposée a également sensibilisé le public présent sur les façons dont le virus se transmet, notamment, après des rapports sexuels non protégés avec une personne infectée, lors d'un partage de seringue infectée et ensuite de la mère séropositive à son enfant lors de l'allaitement. Dans la foulée, la représentante de la Santé devait révéler que cinq enfants dans la région de Flacq ont été infectés par leur mère. Et que le ministère offre à des mamans séropositives du lait pendant deux ans pour qu'elles évitent l'allaitement et la transmission de l'infection à leur bébé.

Pour finir, elle a parlé des précautions à prendre et des tests disponibles, gratuits et anonymes pour savoir si on est infecté ou pas. Et, qu'en cas d'agression avec une seringue, lors d'un viol ou d'une sodomie, la victime, qui se présente à l'hôpital, recevra plusieurs médicaments, qui réduiront son risque d'infection par 80 %.

Une personne qui a eu des relations sexuelles non-protégées peut aussi prendre ces médicaments moins de quatre heures après l'acte et ainsi réduire son risque d'infection. Un remède dont se sert aussi le personnel hospitalier, qui d'une façon ou d'une autre, s'est exposé au risque d'infection au contact de personnes infectées.

Partage

Autant d'informations qui, selon la préposée de la Santé, vont aider les jeunes présents au cours de leur vie. Elle leur a demandé de propager ces informations au sein de la communauté. Un partage qui, dit-elle, peut faire la différence.

Cet événement a aussi reçu la collaboration de deux députés de la circonscription no 10, soit le ministre Vikram Hurdoyal et l'adjoint au Speaker Zahid Nazurally, et du président du conseil de district de Flacq, Prakash Bhunsee.

De grandes footballeuses en devenir

Britney Fenouille, dix ans, Suéfra Begué, dix ans, Élysia Castel, sept ans, Alicia Lascar, dix ans et Bérénice Babet, 12 ans sont toutes issues de l'école de foot de Lallmatie. Ces férues du ballon rond, qui rêvent de devenir de grandes footballeuses, s'entraînent quatre fois la semaine. Deux fois à Lallmatie et deux fois au stade Auguste Vollaire.

Au service des jeunes

Le Faucon Flacq SC sponsorise ces écoles de foot de la région en leur offrant de quoi se restaurer, à savoir, un menu équilibré avec pain, fruit, yaourt et eau. Ce club au service des jeunes depuis 1980 assure aussi leur transport à l'occasion de matchs. Son président Christian Marot, lui-même, un ancien footballeur, a partagé sa joie de voir des jeunes de la région être aussi doués en sports. «C'est un évènement pour que les jeunes s'amusent et apprennent à mieux se connaître. De l'autre côté, les entraînements sont aussi une manière pour inculquer la discipline et le sérieux afin qu'un jour ces jeunes puissent représenter un club de première division», affirme celui qui, au sein de Faucon Flacq SC, peut compter sur d'autres membres de son exécutif comme Ravin Gopaul et Suryadeo Thagalee entre autres soutiens indéfectibles. Hormis les écoles de foot, le Faucon Flacq est pluridisciplinaire. Un millier de jeunes de la région évoluent au sein de ses équipes d'athlétisme, de cyclisme, de volley-ball et de boxe. Cette année, et pour la première fois, Faucon Flacq SC a soumis un projet pour les jeunes de la région à la CSR Foundation. Un projet dont le financement a été approuvé.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.