Burkina Faso: Après son congrès de «réconciliation», le CDP affûte ses armes pour 2020

10 Décembre 2019

Cette conférence de presse a été une occasion pour le 1er vice-président du CDP, Achille Tapsoba de revenir sur les sanctions levées de certains membres du parti et les orientations prises lors de ce congrès pour le renforcement de la cohésion en vue de relever avec succès les défis électoraux de 2020.

A l'entendre, le congrès extraordinaire marque la volonté de la direction politique et des militants de renforcer l'esprit du parti et dans ce sens, il a permis le rapprochement des positions dans la tolérance, le respect du droit à la différence et la reconnaissance de la vertu de l'unité et de la cohésion.

A en croire à M. Tapsoba, à ce congrès du 7 décembre, les sanctions prises par le congrès extraordinaire du 22 septembre 2019 ont été rapportées. « Nous avons rapporté les sanctions, signe de notre sens du dépassement des positions individuelles pour l'intérêt supérieur du CDP », a confié le 1er vice-président du parti.

Pour lui, le fait de rapporter les sanctions dans un esprit de renforcement de la cohésion et de l'unité en vue de relever avec succès les défis électoraux de 2020 signifie que le président d'honneur du parti a exigé des sanctionnés le retour dans les rangs du parti, l'arrêt et le retrait de toutes les attaques judiciaires et le respect de la discipline au sein du parti.

S'agissant de l'absence des sanctionnés au congrès du 7 décembre, le 1er Vice-président explique: « Avant le congrès, la sanction n'est pas levée mais après la tenue du congrès, j'estime que tout semble être dans l'ordre.

Mais, aux retraits des plaintes, le camarade Rasmané Daniel Sawadogo s'est exécuté mais Mahamadi Koanda a fait une suspension d'instance de la plainte. Et, le bureau national politique a pris acte et avisera ».

Par ailleurs, lors de ce congrès du 7 décembre 2019, aux dires de M. Tapsoba, les congressistes ont pris des résolutions qui assurent à la direction politique nationale une valeur juridique applicable à tout militant du parti.

Deux résolutions ont été adoptées: l'une pour le respect des orientations du président d'honneur relative à la discipline, la cohésion et l'unité du parti et la deuxième pour rapporter les sanctions.

En outre, les congressistes ont fait le constat du retard pris par le parti dans le processus de désignation de son candidat pour l'élection présidentielle de 2020.

« Le parti aura bel et bien un candidat qui sera désigné par les instances du parti pour la conquête de pouvoir en 2020 » a conclu Achille Tapsoba, 1er vice-président du CDP. Et le candidat sera connu d'ici le 31 janvier 2020.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.