Cameroun: Du fait de la crise anglophone, les entreprises ont perdu 800 milliards de FCFA au bout de trois ans

10 Décembre 2019

Le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) vient d'actualiser ses données sur la crise sociopolitique qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun depuis octobre 2016.Des entreprises consultées par le Gicam dans le cadre de l'élaboration du tableau de bord de l'économie, 86% d'entre elles annoncent que la crise dans ces régions a des répercussions négatives très importantes (50%), et importantes (36%) sur leurs activités.

Au 31 juillet 2019, les données recueillies auprès des entreprises et compilées par le Gicam donnent une idée de l'impact financier de la crise sur les entreprises. « En termes de pertes d'actifs, les destructions, pillages, vols ont déjà coûté près de 40 milliards de FCFA dont la moitié représente les pertes des entreprises agro industrielles (CDC, PAMOL, CTE, Ndawara, PHP,... ). En raison de la nature de leurs activités qui s'étalent sur des hectares, ces dernières se retrouvent quasiment démunies face aux attaques et sont dans l'impossibilité de sauvegarder leurs actifs, surtout le matériel végétal. Les infrastructures de transport et de distribution de l'énergie (des entreprises) ont également été particulièrement touchées », révèle l'enquête du Groupement inter-patronal.

Toujours selon ce rapport, face à la crise, les entreprises, qu'elles soient installées dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest ou pas, supportent également des charges supplémentaires dues aux mesures d'adaptation indispensables. Il s'agit notamment des charges de renforcement des mesures de sécurisation, des coûts de déplacements des équipements et d'adaptation des produits et services. Sur les trois années que dure la crise, l'estimation sommaire réalisée les chiffre à plus de deux milliards de FCFA.

« Les villes mortes, l'insécurité et les destructions diverses, l'arrêt des chantiers d'investissement public débouchent sur des manques à gagner importants en termes de chiffres d'affaires pour les entreprises. En se focalisant sur 10 secteurs d'activités uniquement, ces pertes sont estimées à près de 800 milliards de FCFA au bout de trois ans. Le secteur de la distribution est le plus touché, l'insécurité ayant fait le lit des circuits d'approvisionnement informels dont plusieurs sont alimentés par les produits de contrebande », révèle le Gicam.

Les recettes de l'État pâtissent également de la crise. Les données collectées, concernant les secteurs étudiés, établissent à près de 18,5 milliards de FCFA le montant de recettes perdues par l'État depuis le début de la crise. Il s'agit de recettes qui auraient relevé de l'impôt sur les sociétés, des redevances et autres taxes diverses.

« L'impact sur l'emploi formel semble encore mesuré, la plupart des entreprises ayant, fait remarquable, opté pour des redéploiements partiels ou globaux de personnels. Une fois encore, les agro-industries n'ont pu opérer de telles stratégies. Leurs personnels sont ainsi principalement touchés par les mises au chômage technique et les compressions », relève le Gicam.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.