Cameroun: Poste centrale de Yaoundé - Des commerçants recasés au marché Mokolo

Un communiqué du préfet du Mfoundi, donne jusqu'au 18 décembre prochain aux récalcitrants pour regagner les espaces marchants dédiés à leurs activités.

Les commerçants installés au Rond-point de la poste centrale et ses environs ont jusqu'au 18 décembre prochain pour quitter définitivement les lieux. Dans un communiqué rendu public le 4 décembre dernier, le préfet du Mfoundi, Jean Claude Tsila, a rappelé à l'ordre les hors-la loi. Cette interdiction est entrée en vigueur depuis le 13 novembre dernier. C'est un visage plus reluisant qu'affichait vendredi dernier la poste centrale de Yaoundé et ses environs. Le nombre de commerçants habituellement installés en ces lieux a considérablement diminué.

A la place, des panneaux sur lesquels sont inscrits : « le commerce est interdit à cet endroit ». Au niveau du siège de l'entreprise Camtel, le coin et presque désert. Seuls deux vendeurs de vêtements et de chaussures proposent leurs marchandises. Du côté de la Cathédrale, face au supermarché Casino également, l'activité est moins visible. Les pantalons, les T-shirts en vente qui occupaient les balustres apposés sur les trottoirs sont quasi inexistantes. Le superviseur général du marché Mokolo, fait savoir que « 200 vendeurs installés à la poste centrale et ses environs avaient été recensés au préalable. C'est en fonction de ce nombre que des places ont été aménagées au marché Mokolo au lieu-dit Sauvette de l'Emergence.

Seulement, 102 commerçants ont occupé cet espace, les autres sont toujours installés à la poste centrale », déplore le responsable. Chez les commerçants, les raisons de cette bouderie ne manquent pas. « Il s'agit d'un minuscule comptoir d'environ un mètre qu'on nous loue à 10 000 F le mois. Les boutiques quant à elles vont de 30 000 F pour les plus petites à 70 000 F pour les plus spacieuses. Cela rend les choses plus compliquées », se plaint Gertrude F, commerçante. A en croire certains, les prix ne sont pas discutables. « Les commerçants qui ont réussi à réunir les fonds pour s'octroyer un espace sur ce nouveau site ont du mal à réaliser des chiffres, les clients tardent encore à venir », fustige Saidou, vendeur de bijoux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.