Mali: Bamako et Moscou, une proximité qui ne date pas d'hier

10 Décembre 2019

Au Mali, la présence russe se concrétise de plus en plus alors que le pays est confronté à une dégradation de la situation sécuritaire, notamment dans le nord.

En juin, le ministre malien de la Défense le général Ibrahim Dahirou Dembélé a signé un accord de coopération militaire avec son homologue russe Sergueï Choïgou.

Autre fait marquant, il y a quelques semaines, une équipe du groupe paramilitaire russe Wagner, accusé de mercenariat et suspecté d'appartenir à un homme d'affaires proche du Kremlin, a séjourné à Bamako. La Russie entravée par cinq années de sanctions économiques occidentales, a engagé une opération de charme tous azimuts en Afrique pour conquérir des marchés et s'approvisionner en ressources naturelles.

La Russie réinvestit donc dans sa relation avec le Mali au nom de la lutte antiterroriste. Réinvestit car la coopération entre Bamako et Moscou ne date pas d'hier. Elle a commencé au début des années 1960. Dès son indépendance l'ancienne colonie française se tourne vers le socialisme et conclut des accords de coopération avec l'URSS, qui équipe alors les forces armées maliennes. C'est ce que nous explique l'universitaire malien Issa N'Diaye.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.