Cameroun: Lutte contre la peste des petits ruminants - On organise la riposte

Les services vétérinaires des pays du Bassin du Lac Tchad sont réunis depuis hier à Yaoundé pour adopter une stratégie contre la propagation du virus d'ici 2030.

Les pays du Bassin du lac Tchad sont une zone de propagation de la peste des petits ruminants (PPR). Un virus qui décime chèvres et moutons, ruminants qui constituent l'essentiel du cheptel et la principale source de revenus des populations rurales de ces pays.

Des statistiques de l'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), la peste des petits ruminants entraîne des pertes pouvant atteindre 2,1 milliards de dollars (1,244 milliards de F) chaque année dans le monde. Une situation qui menace les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire de près de 300 millions de familles ainsi que les recettes d'exportations des pays.

Conscients de la propagation rapide de cette épizootie dans le monde, les directeurs de services vétérinaires du Tchad, du Nigeria, du Niger et du Cameroun sont réunis depuis lundi,9 décembre 2019 à Yaoundé, afin de dresser un état des lieux de cette épizootie dans leurs pays respectifs et de concevoir une stratégie commune de lutte contre la peste des petits ruminants. « Le Bassin du lac Tchad est une zone aux mouvements transfrontaliers intenses.

Il constitue ainsi un terrain propice à la propagation de la peste. C'est pourquoi les efforts doivent être consentis par chacun des pays de la zone épidémique concernée, pour mener une lutte plus efficace», explique Phanel Habimana, s'exprimant au nom du représentant du FAO au Cameroun. Pour cette première réunion épizone de la lutte, le Programme mondial d'éradication de la peste des petits ruminants espère éradiquer, comme en 2011 avec la peste bovine, la peste des petits ruminants d'ici 2030.

Une ambition que poursuit déjà le Cameroun à travers le Projet d'appui au développement de l'élevage (Prodel). « Entre 2018 et 2019, nous avons déjà vacciné 3,8 millions de bêtes. Nous comptons faire davantage avec l'appui de nos partenaires financiers et techniques », a souhaité le Dr. Taïga, ministre de l'Elevage, des Pêches et des Industries animales à l'ouverture de l'atelier. Les travaux se poursuivront jusqu'au 11 décembre prochain à Yaoundé, en présence des experts de l'Organisation mondiale de la santé animale et ceux du Fao.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.