Cameroun: Femmes battues - Comment la violence s'installe à la maison

L'alcool, la mauvaise humeur, le caractère difficile, l'absence de maîtrise de soi, entre autres portes d'entrée.

Une vie de cauchemar. C'est ainsi que peut se résumer le quotidien de Nathalie Megne. Depuis l'année dernière, elle vit des problèmes assez graves dans son ménage en raison de la relation extraconjugale qu'entretient son époux. « Mon mari découche régulièrement. Il lui arrive même de faire deux à trois jours sans faire signe de vie. Et à son retour un jour, il m'a fait savoir clairement que je n'avais plus de place dans sa maison parce qu'il avait trouvé la femme de sa vie.

Et comme je ne réagissais pas à ses provocations, il s'est jeté sur moi et m'a copieusement tabassée », confie la jeune femme en larmes. C'était avec des menaces de mort à l'appui. « Je vais te mettre en pièces et t'enterrer dans cette chambre, me répétait-il après chaque bastonnade », assure Nathalie Megne. Autre cas, celui d'Andréa K., esthéticienne dont l'époux a une addiction pour l'alcool. « Dès qu'il boit, il devient violent. Il n'y a aucun moyen d'éviter les coups et les insultes », témoigne la dame. Pour Carole M., elle, a dû affronter les sautes d'humeur, le mauvais caractère et le tempérament volcanique de son conjoint pendant des années. « C'est le genre d'homme qui aime avoir le dernier mot et dominer sur ses semblables.

Il faut toujours qu'il écrase les autres. Sauf que, c'est moi sa femme qui subissait son courroux la plupart du temps », confie-t-elle. Une preuve que la colère et le manque de maîtrise sont à l'origine du calvaire de certaines épouses. L'autre facteur de risque et non des moindres est la mésentente et les désaccords au sujet de la gestion des revenus. « Au début de mon mariage, mon conjoint voulait à tout prix avoir un œil sur mon salaire. Et comme je lui tenais tête, j'ai commencé à subir des violences verbales accompagnées de coups », avoue une autre victime.

De plus, « dans certaines traditions, la violence domestique est une preuve d'amour. Lorsqu'un mari tape sur sa femme, c'est une façon de lui montrer qu'il tient à elle. Une manière aussi pour l'homme de témoigner son amour et sa virilité. Il n'y a pas de mal à cela », affirme un père de famille, pince-sans-rire. Par ailleurs, selon des sociologues, l'homme qui a grandi dans un environnement où on maltraite les femmes aura tendance à reproduire ce schéma. « Mon cousin a grandi dans un foyer polygamique où la violence était permanente.

Son père était toujours aux prises avec au moins une de ses femmes. Et il ne se privait pas de les corriger devant ses enfants. Aussi, mon cousin considère-t-il que c'est le meilleur moyen de tenir la femme », raconte Alain E., cadre dans une entreprise de la place. Et comment oublier les manigances de la belle-famille ? Certaines sont réputées pour l'intoxication des relations de couple. « Surtout les belles-sœurs et les belles-mères, lorsqu'elles n'apprécient pas la femme de leur frère et fils. », conclut une source.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.