Congo-Kinshasa: Les Etats-Unis octroient 78.000 USD pour la préservation culturelle à l'INACO

La maison de la mémoire de la RDC qu'est l'Institut national des archives congolaises (INACO), vient de bénéficier d'un projet de revitalisation financé à hauteur de 78.000 $ US. Ce dernier s'inscrit dans le cadre du programme du département d'Etat des Etats-Unis, dénommé «Fonds des Ambassadeurs pour la Conservation du Patrimoine Culturel», FACP.

Le lancement a eu lieu le mardi 10 décembre 2019 par l'ambassadeur des Etats- Unis d'Amérique, M. Mike Hammer, en présence du Directeur de Cabinet du Ministre de la Culture et des Arts congolais, Justin Pascal Rukengwa. La cérémonie a été ponctuée par la signature de la convention de partenariat entre l'Ambassadeur des USA et le Directeur Général de l'INACO, André Moke Sanza qui évoque la culture comme moyen de rapprochement entre deux pays.

Le financement américain permettra à l'Institut National des Archives du Congo de réhabiliter son bâtiment, ancien dépôt relais des archives coloniales, mais surtout de rénover l'aménagement intérieur et la sécurité du dépôt central des archives où sont conservés le fonds d'archives historiques de la

RDC disponibles à l'INACO. Espace dont la dégradation des conditions ne garantit pas une bonne conservation du patrimoine culturel et mémoriel qui y est gardé.

Dans leurs différentes adresses, l'Ambassadeur des Etats-Unis, le représentant du Ministre de la Culture et Arts, ainsi que le Directeur Général de l'INACO ont noté l'intérêt de la bonne conservation des archives comme un des moteurs de la construction d'une nation. L'Ambassadeur HAMMER s'est particulièrement satisfait du fait que les Etats-Unis d'Amérique apportent leur appui à l'INACO aux fins de permettre l'établissement public de poursuivre la réalisation de sa mission.

"L'INACO est le site le plus important de votre pays pour la gestion des archives. Il peut être une source encore plus grande de fierté nationale congolaise. Vos documents transmettent, en ce lieu, l'histoire congolaise. Nous pouvons tirer des enseignements de votre histoire, et il est important de conserver cette histoire pour les générations futures. Comme je l'ai dit au président Tshisekedi, l'ambassade des Etats-Unis à Kinshasa est ici pour collaborer avec la RDC à tous les niveaux de la société congolaise. Nous le faisons à travers le Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité conclu par les Etats-Unis et la RDC", a laissé entendre l'ambassadeur américain.

Signature du partenariat entre Mike Hammer et André Moke Sanza

Pérennisation de la culture

Le but concret, souligne-t-il, est d'aider à préserver la collection importante de documents dans les archives nationales de la RDC. "Il est important de conserver ce bâtiment en bon état afin que les jeunes Congolais puissent apprécier et apprendre de votre culture à travers des informations qui ne sont disponibles qu'ici. Dans cette enceinte se trouvent des documents irremplaçables".

Ces documents racontent, en effet, notre histoire et ils n'ont pas de prix. Des dossiers de soldats datant de la Première guerre mondiale, les plans originaux du barrage d'Inga, des documents de la Conférence de Berlin, des plans de développement régional, de documents d'immatriculation pour des industries commerciales, et bien plus encore.

Environ quatre-vingt pourcent des archives de l'ère coloniale du Congo sont à l'étranger, à ce jour. Mike Hammer rappelle que ce financement "est un pas important nous rapprochant du jour où l'INACO sera capable de recevoir et de conserver en toute sécurité les archives restantes du passé colonial du Congo".

Notons que Grâce à ce financement, il sera construit un nouveau toit et un nouveau plafond, la tuyauterie sera également renouvelée. Mais aussi l'amélioration des conditions liées à l'humidité et à la température dans le bâtiment principal et la réfection de l'entrepôt principal, la bibliothèque et la salle de lecture.

Le Directeur Général de l'INACO a insisté sur le poids et la solidité de la coopération entre la RDC et les USA. Une coopération qui remonte à 1884, à l'époque de l'Association Internationale du Congo. Aussi, a-t-il salué cette coopération fructueuse et affirmé la reconnaissance de la RDC au peuple américain.

Un souffle toujours insuffisant

Toutefois, le Directeur Général de l'INACO, qui a salué le soutien des Etats-Unis et promis de faire bon usage de bâtiment revitalisé de son établissement, a noté que ce bâtiment, quoique bientôt réhabilité, ne pourra pas offrir un espace et une sécurité suffisante en vue de la conservation de l'ensemble du fonds historique de la République Démocratique du Congo.

Actuellement, l'INACO n'en conserve que moins d'un-tiers. L'essentiel du fonds, que l'INACO doit rassembler et préserver pour la postérité est disséminé à travers le monde. Pour rapatrier ce fonds, il faut à l'établissement un immeuble offrant une capacité de conservation optimale.

Il sied de retenir que l'Institut National des Archives du Congo travaille avec l'Ambassade des Etats-Unis autours de ce projet depuis octobre 2018 dans un processus qui est parti de la soumission du projet, suivi des échanges techniques des documents, l'approbation du dossier, jusqu'à la conclusion actuelle du processus par le financement proprement dit du projet.

Subrogé aux anciennes Archives Nationales du Congo, l'Institut National des Archives du Congo a été créé le 09 décembre 2015 par le décret 15/022. Etablissement public à caractère technique, scientifique et culturel, l'INACO a pour mission d'assurer la veille des conditions générales de conservation des archives publiques et privées en République Démocratique du Congo, l'accompagnement technique à la bonne gestion des archives administratives et la conservation définitive des archives de mémoire ou la mémoire continue de la RDC.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.