Congo-Kinshasa: Lamuka - Adolphe Muzito contre un retrait précipité de la MONUSCO

Nouveau coordonnateur du Présidium de la coalition Lamuka, Adolphe Muzito conduisant une délégation de quelques cadres et députés élus de cette plateforme, a pris langue, lundi 9 décembre, avec la Représentante du Secrétaire Général des Nations unies, au sujet de l'insécurité en RD. Congo.

Laquelle insécurité découle principalement des tueries et atrocités commises par les rebelles ADF dans la partie Est du pays. Et, même si les populations de l'Est appellent à un départ de la Monusco, Adolphe Muzito a, au nom de Lamuka, laissé comprendre que le retrait de cette mission onusienne n'est pas opportun, au regard de la cacophonie qui, selon lui, règnerait dans la gestion même de la République.

Contrairement à ce que souhaite la plupart des gens, Adolphe Muzito a interpellé la Monusco à faire preuve de plus d'efficacité dans la protection de la population. Un appel qui tombe à pic surtout que le Chef de l'Etat Félix Tshisekedi, faudrait-il tout de même le rappeler, a ordonné la mise en place des opérations conjointes entre les Forces armées de la RD. Congo (FARDC) avec les troupes onusiennes. Qui plus est, cette plateforme politique a convié cette institution que dirige Leila Zerrougui, à jouer un rôle dans la mise en œuvre des réformes structurelles nécessaires, "susceptibles de trouver une solution à la déliquescence de l'Etat, tributaire du chaos électoral de 2018"; à continuer d'appuyer l'armée, avec sa logistique ; à pouvoir tolérer les manifestations populaires, nécessaires pour interpeller les gens au pouvoir ainsi que la Communauté internationale sur leurs responsabilités en matière de protection de la population face aux massacres ; etc. Lamuka a, de l'autre côté, invité la Communauté internationale à renforcer davantage le mandat de la Monusco ou encore à s'impliquer dans l'obtention d'un consensus national, autour des réformes structurelles nécessaires notamment, celles en rapport avec les forces de sécurité.

Par ailleurs, la population se doit de continuer à organiser des marches pacifiques pour que les gens au pouvoir et la communauté internationale puissent agir, a martelé le nouveau coordonnateur de Lamuka.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.