Congo-Kinshasa: Kongo Central - Le mal est profond !

11 Décembre 2019

Un document en libre circulation dans les réseaux sociaux indique que l'offensive déclenchée par un groupe de députés provinciaux du Kongo Central contre le gouverneur Atou Matubuana serait liée à une hyper motivation financière pilotée à partir de Kinshasa par un regroupement politique bien connu. Selon des sources qui s'expriment sous le sceau de l'anonymat, la seconde motion de défiance articulée contre lui et votée à la va-vite dans un hôtel de Matadi, par 24 députés provinciaux sur 41, le mercredi 04 décembre 2019, après la plénière suspendue au siège de l'Assemblée provinciale, à la suite d'une bagarre générale entre élus, aurait été obtenue sur fond de corruption.

On laisse entendre que des enveloppes allant de 30.000 à 50.000 dollars américains par votant auraient circulé et que le taux variait selon la tête et le statut du bénéficiaire. En faisant la sommation des sommes décaissées, on n'est pas loin du million de dollars américains.

Ainsi donc, le mal dont souffre la province du Kongo Central est plus profond qu'on le croyait. En effet, sous prétexte de vouloir sanctionner un dérapage lié aux mœurs, les députés provinciaux viennent de verser dans la corruption, cette terrible gangrène qui a conduit le pays à la ruine 59 ans après son accession à la souveraineté nationale et internationale.

Que va devenir le Kongo Central avec des élus prêts à manger à tous les râteliers ? Peut-on encore croire à son redécollage économique avec des députés provinciaux plus préoccupés par l'enrichissement illicite que par la défense des intérêts de leurs électeurs ? Avec des députés provinciaux au service de l'argent sale, il y a lieu de désespérer de la mise en œuvre des projets de développement.

C'est d'autant malheureux que le Kongo Central, grâce à sa proximité avec la capitale, son débouché sur l'Océan Atlantique et le barrage hydroélectrique d'Inga, aurait dû se positionner comme une province pilote de la République en termes d'implantation d'industries lourdes et légères, de circulation des personnes et de leurs biens, d'investissements dans les secteurs les plus divers, de transformation de ses ressources naturelles en richesses réelle, d'amélioration de la qualité des vies de ses originaires, etc.

La voie de la corruption choisie par les députés provinciaux est fort dangereuse, car de nature à rendre le gouvernement provincial continuellement instable. Car ,si Matubuana est destitué sur fond de corruption, ses successeurs risquent, à la moindre mauvaise humeur des puissances d'argent, de connaître le même sort. Tel que le train de la corruption est lancé, l'exécutif provincial est condamné à tourner en rond, avec la valse de gouverneurs aux mandats de courte durée, n'excédant pas six mois. L'instabilité des institutions provinciales serait-elle le résultat attendu par les électeurs des personnes auxquelles ils avaient accordé leurs suffrages en décembre 2019 ? C'est naturellement non.

D'où, le souhait du grand nombre de voir les représentants du peuple Kongo revenir aux valeurs qui fondent la culture de leur terroir, à savoir la probité morale, la fraternité, la solidarité, la cohabitation pacifique, la recherche du bonheur communautaire. Les sages Kongo ont souvent souhaité calquer leur vivre-ensemble sur l'image des poils du chiens - les fameux « mika mia mbwa»- qui se dressent et se « couchent » à l'unisson. Où est passée cette sagesse millénaire ? Que s'est-il passé pour que les élus Ne Kongo se comportent depuis un temps en « frères ennemis » et se permettent d'étaler leurs linges sales dans la rue ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.