Maroc: One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc

12 Décembre 2019

Trois diffusions en version originale sous-titrée français (VOSTFR) sont prévues à Casablanca, Marrakech et Rabat

Les fans marocains de films d'animation japonais peuvent bondir de joie. Ils auront enfin l'opportunité de s'extasier et d'apprécier dans une salle de cinéma One Piece Stampede, le 14ème film produit par la Toei Animation, tiré du Manga éponyme, créé par le Managaka, Eichiro Oda. Trois diffusions en version originale sous-titrée français (VOSTFR) sont programmées. Les deux premières, dès ce samedi, à Casablanca, au cinéma Rif à 19h, ainsi qu'au Colisée de Marrakech à la même heure. A Rabat, les Otakus ou les fans de japanimes ne seront pas en reste, puisque le cinéma La Renaissance diffusera également le film aux 3,7 millions d'entrées au pays du Soleil-Levant, le 21 décembre courant à 18h30. Contrairement à la ville ocre, aucune prévente n'est prévue dans les autres villes.

On se doute bien que la nouvelle fut accueillie avec un grand enthousiasme par les Otakus marocains. Mais à quoi la doit-on ? La réponse se niche à la fois dans la persévérance et la passion d'un groupe Facebook qui fait la part belle à la culture Manga, mais aussi à la prise de risque courageuse mais mesurée de la société détentrice des droits de distribution de One Piece Stampede.

« «Film 26 », la société en question, nous a contactés via Facebook et notamment notre page Moroccan Test », confie Abdelali, fondateur de la page non sans exprimer son étonnement : « Pour tout vous dire, nous avons été surpris. D'autant plus qu'il y a des pages qui comptent jusqu'à 10 fois plus d'abonnés que la nôtre. En tout cas, quelques semaines plus tard, les représentants de la société sont venus au Maroc pour nous rencontrer».

Une rencontre qui a conforté les représentants de «Film 26 » dans leur projet, convaincus par le discours d'Abdelali et ses amis. « On nous a posé des questions au sujet de la communauté des Otakus dans le Royaume. Nous avons argumenté nos propos en listant les nombreux évènements organisés à l'image de « Manga Afternoon », « L'Otaku expo » ou encore « Shotaku festivals ». Visiblement, ils ont été convaincus par notre discours. A tel point qu'ils nous ont confié la promotion de l'évènement sur le net», a-t-il souligné

Un drôle de clin d'œil du destin pour ce groupe Facebook composé d'irréductibles admirateurs de Manga et Japanime, qui aurait pu être rangé dans les tiroirs du passé si ce n'étaient l'obstination et la détermination de ses membres. Car il y a quelques années de cela, comme s'est remémoré avec incrédulité le fondateur de « Moroccan test », page dédiée aux « Review » ou analyses d'animés en darija, un peu comme font les youtubeurs étrangers mais à la sauce marocaine : «Nous avions une page qui comptait plusieurs milliers d'abonnés mais elle a été supprimée par Facebook, du jour au lendemain, pour des raisons obscures. Nous n'avons pas baissé les bras et nous en avons créé une autre». Mais il ne suffit pas de recréer une page pour voir les abonnés affluer. Il faut la faire vivre et parfois ce n'est pas toujours gratifiant. « Quand tu réalises des vidéos qui te demandent du temps et de l'énergie, c'est toujours un peu désolant de ne pas atteindre un maximum de monde. Mais à force de persévérance, notre fan base s'est agrandie. One Piece Stampede dont on fait la promotion sur notre page nous y a également beaucoup aidés», indique Abdelali dans une manière de rappeler que les efforts finissent toujours par payer.

Pour sa part, Mouna Layadi, distributrice du film One Piece Stampede au Maroc, se félicite des futures diffusions, tout en soulignant que l'évènement n'est pas un cas isolé. « Nous ne sommes pas à notre premier coup d'essai sur le continent. Nous avons déjà distribué le film "Tel père, tel fils" du réalisateur Koré-Eda Hiirokazu, prix du jury au Festival de Cannes 2013, mais aussi " Dragon Ball Super : Broly » cette année. Produit lui aussi par la Toei Animation, ce dernier a été projeté avec succès au Sénégal et en Tunisie, en plus du dernier film One Piece pour le plus grand bonheur des Otakus qui partageaient par le passé la désolation d'Abdelali. « Je trouvais injuste que plus de la moitié de la planète ait pu voir le film dans les salles de cinéma et pas moi qui doit, dans le meilleur des cas, attendre un lien streaming illégal et de très mauvaise qualité pour pouvoir regarder un film dont je connais déjà les péripéties à cause des Spoils », s'est-il indigné. Mais ça, c'est de l'histoire ancienne. Les aficionados de One Piece vont enfin assouvir leurs envies pendant l'heure et quarante minutes que dure l'animé. Et si l'expérience s'avère concluante avec une présence massive des fans « d'autres séances seront programmées dans le futur », précise Mounia Layadi. Une réjouissante perspective d'autant plus que « One Piece Stampede » n'est pas seulement un film à voir mais aussi à revoir. Il est décrit comme un condensé de toutes les qualités du Manga.

Son histoire débute quelque temps après l'arc narratif Whole Cake (au volume 90). Monkey D. Lufffy, un garçon dont le corps a acquis les propriétés du caoutchouc après avoir mangé par inadvertance un fruit du démon, et son équipage se retrouvent à participer au «Pirate Fest» avec des milliers de pirates. Une course au trésor pour récupérer un mystérieux coffre ayant appartenu au mythique roi des pirates, Gol D. Roger, perturbée par Douglas Bullet connu sous le nom de « l'héritier du démon ». Le but de l'ancien compagnon de Gol D. Roger est d'exterminer tous les participants. Les pirates vont devoir s'allier avec la marine, les corsaires et l'Armée révolutionnaire face à un ennemi quasi invincible dans une bataille homérique. En d'autres termes, ça promet.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.