Congo-Kinshasa: Au delà des Fakenews à propos d'Ebola mettre en place des veritables canaux d'information

11 Décembre 2019

La Communauté Habari-RDC a organisé, mardi 10 décembre 2019 à Goma (Nord-Kivu), une conférence-débat avec les leaders d'opinion et les représentants de quelques structures œuvrant dans la riposte contre la maladie à virus Ebola. Placé sous le thème: « Ebola à l'Est de la RDC, entre fakenews et propagande sur internet », cet échange vise la mise en place des voies et moyens pouvant permettre aux congolais de mieux s'informer autour de cette épidémie. L'objectif est de contrer toute mauvaise interprétation dans la société sur ce fléau qui est à sa dixième apparition en RDC.

Dans son intervention sur cette question, Espoir Ngalukiye, jeune militant du mouvement citoyen « Lutte pour le changement« , a mis l'accent sur le fait que beaucoup de gens aujourd'hui ne font la différence entre un « Fakenews » et une « information fâcheuse » qui, d'après lui, peut être vraie.

« Par exemple en RDC, lorsqu'un politicien sensibilise à travers les médias ou via internet sur le fait que le lavage des mains est un moyen pour se prévenir de la maladie à virus Ebola, personne ne critique cela et on ne dit pas qu'il y a ingérence politique. Mais lorsqu'un autre politicien se prononce via les mêmes voies, en suggérant que Ebola est devenu aujourd'hui sujet de Business pour des Ongs, ce qui peut être une hypothèse vraie et vérifiable, directement on parle de l'ingérence politique. Il y a donc un grand débat là-dessus« , a relativisé Espoir Ngalukiye.

Ce militant de la Lucha suggère à ce que cette épidémie cesse de prendre la connotation « ONG ». Car, avance-t-il, cela donne l'impression qu'Ebola constitue du business pour certaines Ongs nationales et internationales qui souhaitent visiblement sa pérennisation.

Pour sa part, Claudia Ngowa, membre de la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs congolais, se dit satisfaite du fait que cet échange a permis aux uns et autres de se procurer des techniques à utiliser pour distinguer des vraies informations de fausses.

« Aujourd'hui, le monde est animé par ce qui est publié sur internet. Nous devons avoir un regard analytique sur toute information reçue à travers des réseaux sociaux, de peur que la société toute entière soit conduite dans l'embarras, dans des interprétations, voir même, dans des troubles en son sein » a conseillé Claudia Ngowa. Elle rappelle que, plus de 40 ans après la première épidémie d'Ebola en RDC, cette 10ème épidémie dans le territoire de Beni ne devrait pas donner l'impression dans les médias comme si c'était une première au pays.

En revanche, Claudia Ngowa sollicite auprès du Gouvernement congolais, la mise en place des mesures préventives pour que d'autres cas ne se reproduisent plus au pays.

Prenant la parole, le Coordonnateur région-Est de la Communauté Habari-RDC, Elvis Katsana a insisté sur le comportement à adopter face à une information sur Ebola pour connaître sa véracité ou pas. « De la même façon qu'Ebola tue la population, sa désinformation également tue plusieurs personnes », a-t-il fait remarquer. Avant de livrer une recette à utiliser pour mieux comprendre le vrai sens d'une information publiée dans les réseaux sociaux sur Ebola.

« Il faut juste vérifier et identifier l'auteur de la publication, vérifier la date de la publication et sa légende. Car une information peut-être vraie, mais ne cadre plus avec le contexte. C'est-à-dire, elle est publiée plusieurs années avant« , a indiqué Elvis Katsana. Ainsi recommande-t-il aux jeunes de toujours consulter les médias officiels et des médias privés crédibles ou encore, des groupes spécialisés avant de commenter ou de partager une publication parue dans les réseaux sociaux. On peut au besoin, chercher des spécialistes en la matière pour éviter toute interprétation, a-t-il ajouté.

Pour rappel, cette 10ème épidémie de la maladie à virus Ebola présente à l'Est de la RDC, a déjà causé la mort de plus de 2.000 personnes avec plus de 3.000 cas signalés. La sensibilisation sur l'approche médiatique s'avère donc importante pour sauver des nombreuses vies, selon Habari-RDC.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.