Angola: Le pays réduit ses importations de 10%

Luanda — Le volume des importations totales du pays a baissé de 10% de janvier à octobre de cette année par rapport à la même période l'an dernier, a déclaré mercredi, le vice-gouverneur de la Banque nationale d'Angola (BNA), Tiago Dias.

Une telle réduction, selon Tiago Dias, qui intervenait lors d'une conférence de presse sur le "Financement de l'économie", promue par le ministère de l'Economie et de la Planification, est le résultat des mesures prises par l'Exécutif.

En ce qui concerne les seules importations de produits alimentaires, la Banque centrale a enregistré une baisse de 21,7% par rapport à la même période (janvier à octobre) de 2018.

Il a indiqué que si ces mesures n'étaient pas prises, le pays verrait une détérioration du compte courant de la balance des paiements, et pendant la même période, les recettes d'exportation seraient réduites de 19,4%.

"Si nous n'avions pas réduit les importations, le compte courant aurait un déficit et, par conséquent, nous aurions un impact extrêmement négatif sur la balance des paiements du pays", a expliqué le vice-gouverneur de la BNA.

Au cours de la période de 10 mois allant de janvier à octobre de cette année, un milliard 339 millions, 300 mille 500 dollars ont été dépensés pour les importations de produits du panier de la ménagère et d'autres produits prioritaires.

De ce montant, 205 millions 225 mille 402 dollars ont été dépensés pour le riz, 204 millions 431 mille 324 dollars pour la viande de poulet, 186 millions 190 mille 957 pour l'huile de palme.

Au cours de cette période de 10 mois, 137 millions 400 mille 182 USD ont été dépensés pour l'acquisition de sucre et 124 millions 779 mille 215 USD pour les importations de farine de blé, entre autres produits.

Compte tenu du volume des importations, l'État angolais recherche de nouvelles solutions pour que le pays cesse de dépendre des pays étrangers, car il en a la capacité.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.