Angola: La Cour suprême réduit la peine d'Augusto Tomás

Luanda — Les juges de la Cour suprême ont décidé de réduire la peine de l?ancien ministre des Transports, Augusto da Silva Tomás, de 14 à huit ans et quatre mois de prison.

Condamné et jugé par la Cour suprême, Auguste Tomás a été accusé de crimes de détournement de fonds, violation des règles d'exécution du plan et du budget, de façon continue, et pour une participation économique dans les affaires.

Selon l'édition du quotidien « Jornal de Angola » de ce mercredi, les juges de la Cour suprême ont décidé de recourir à l'atténuation des peines et de réduire les peines de prison des accusés et condamnés de l'affaire CNC.

Malgré le rejet des recours introduits par les accusés Augusto da Silva Tomás, Isabel de Ceita Bragança, Rui Manuel Moita et Manuel António Paulo, les juges de la Cour suprême ont considéré entre autres aspects, le manque d'antécédents criminels pour tous les accusés.

A Augusto Tomás, les juges ont aussi considéré les pertinents rendus à la patrie et à la société.

La Cour a réduit de 10 à cinq ans la peine de Manuel António Paulo, celle d'Isabel Bragança de 12 à six ans et de Manuel Moita de 10 à cinq ans, tandis qu'Eurico Pereira da Silva se voit maintenu les deux ans de prison ferme.

Tous ces accusés étaient des fonctionnaires du Conseil national des chargeurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.