Sénégal: Thiès a reçu plus de 2.020 milliards de francs CFA d'investissements depuis 2014

Thiès — La région de Thiès (ouest) a reçu plus de 2.020 milliards de francs CFA d'investissements depuis le conseil des ministres décentralisé de 2014, a-t-on appris mercredi de son gouverneur, Mouhamadou Moustapha Ndao.

"Globalement, c'est plus de 2.020 milliards qui ont été investis dans la région", a dit M. Ndao au terme de la quatrième conférence territoriale de Thiès, en présence de représentants des services techniques régionaux, des élus locaux et des organisations faîtières.

Soixante-dix pour cent de ce montant - 1.707 milliards - ont été consacrés à la réalisation des 81 projets prévus lors du conseil des ministres décentralisé de 2014 à Thiès, selon M. Ndao.

Trente-cinq (43%) des 81 projets prévus lors de cette réunion gouvernementale ont été achevés, a-t-il précisé, ajoutant que 22 projets sont en cours d'exécution (27%), et 13 autres ne sont pas encore entamés (11%).

Les données concernant 11 des projets (14%) ne sont pas disponibles, selon le gouverneur de Thiès, qui juge "important" le taux d'exécution de 70% des projets.

Au total, 269,402 milliards de francs CFA ont été investis par l'Etat dans 361 projets réalisés dans la région de Thiès, en dehors de ce qui était prévu lors du conseil des ministres décentralisé, précise Mouhamadou Moustapha Ndao..

Les collectivités territoriales de la région ont, pour leur part, investi 10,709 milliards de francs CFA pour la mise en œuvre de 501 projets. Les ONG intervenant dans la région ont débloqué 9,226 milliards destinés à 166 projets.

Le montant global des investissements reçus par la région inclut des financements destinés à des projets d'envergure nationale, dont l'autoroute Ila Touba (400 milliards), la centrale éolienne de Taïba Ndiaye, une centrale à charbon et une centrale à gaz. Les investissements destinés à ces projets s'élèvent à des centaines de milliards, selon M. Ndao.

"Thiès est en train de devenir un hub" en termes de transport, avec le passage de toutes les autoroutes, avec l'aéroport international Blaise-Diagne (AIBD), sur le plan hydraulique, avec l'arrivée prochaine de la conduite de la troisième usine de Keur Momar Sarr, qui alimentera Dakar en eau.

Ces investissements donnent plus de valeur à la terre et ouvrent de nouvelles opportunités pour les populations de la région, selon M. Ndao.

Les habitants de Diass, où se trouve l'AIBD, demandent la création d'un centre de formation aux métiers de l'aéronautique, ajoute-t-il.

Ailleurs, la construction de nouveaux centres de santé et d'hôpitaux est réclamée en perspective du doublement de la population dans quelques années.

Selon Mouhamdou Moustapha Ndao, la concentration d'activités minières, pastorales et agricoles dans la région de Thiès a engendré une "pression foncière", laquelle entraîne la réduction des forêts classées.

Un rapport comprenant les recommandations faites lors de la conférence territoriale sera transmis au gouvernement, selon Oumar Faye, le coordonnateur du comité technique chargé de l'élaboration de ce document.

Ce document contient une quarantaine de recommandations relatives au désenclavement de certaines collectivités territoriales, à la réalisation d'unités de stockage et de conditionnement de fruits et légumes dans la zone des Niayes, à l'amélioration de la gouvernance foncière, à la correction des disparités spatiales et sectorielles.

Certaines recommandations faites en 2018 ont été retenues lors de la conférence parce qu'elles n'ont pas été réalisées cette année.

Saliou Ndiaye, le secrétaire général du conseil départemental de Thiès, a qualifié le rapport de "très beau document de marketing politique".

Il a fustigé les investissements "en trompe-l'œil", avec des projets qui "appauvrissent les populations" en leur prenant leurs terres sans les dédommager convenablement.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.