Congo-Kinshasa: Leadership féminin - La troisième édition du forum "Les Héroïnes" a vécu

Après Dakar et Abidjan, Kinshasa a accueilli, le 10 décembre, la rencontre événementielle de haute facture placée sur le thème « Toutes actrices du changement », organisée par Jeune Afrique media Group en partenariat avec le Groupe Adiac.

Réunissant plus de deux cents femmes cadres et entrepreneures de plusieurs horizons professionnels, la première édition kinoise du forum « Les Héroïnes » a offert un cadre d'échange d'expériences et d'opportunités à toutes les participantes, déterminées à impacter leur environnement en mettant en évidence capacités professionnelles et valeurs humaines.

En une journée seulement, les femmes leaders et ambitieuses ont, à travers leurs témoignages poignants et expériences enrichissantes, suscité un sentiment de révolte positive auprès des participantes à ce forum, les poussant ainsi à nourrir des ambitions pouvant changer leur vécu quotidien. « Je suis émue de voir des femmes d'une telle grandeur d'esprit. Des femmes qui ont bravé des us et coutumes pour se frayer un chemin dans le roc et aujourd'hui on parle d'elles. Des femmes qui ont dénoncé des antivaleurs. Moi aussi, je dis, je suis femme comme elles donc je suis capable de relever le défi. J'ai un sentiment de révolte positive en moi... », a déclaré Annie Kabamba, l'une des participantes.

Le programme du troisième forum "Les Héroïnes" avait prévu dans l'avant midi deux conférences en plénière. La première a porté sur les témoignages de quatre femmes, actrices du changement. Sous la modération de Marlène Ngoyi, administratrice directrice générale de la BGFI Bank, les quatre panelistes, à savoir Marceline Kaozi, fondatrice de MKF consulting, Aline Sonya Masangu, fondatrice Ets Copy N'More, Nicole Ntumba Bwatshia, conseillère du chef de l'Etat au collège juridique et administratif, et Manzanza Badjoko, administratrice de société, ont planché notamment sur les considérations socioculturelles et le harcèlement sexuel qui empêchent la femme d'évoluer. Elles ont invité les femmes à briser le plafond de verre pour faire évoluer les choses. Au sujet du harcèlement sexuel, elles ont été toutes unanimes qu'il faut le dénoncer au moindre geste déplacé même si cela n'est pas facile à faire.

Réservoir de talents féminins inexploités

La deuxième conférence plénière, axée sur l'entrepreneuriat féminin : défis et perspectives, a été animée par Patricia Gieskes, fondatrice de The job factory; Françoise Kielende, fondatrice de F.Thabita Business; Fifi Kikangala, fondatrice d'Omoy-Omoy, sous la modération de Joelle Kabayo, responsable Segment des femmes entrepreneures, Rawbank. Ces trois femmes ont émerveillé l'assistance avec leurs expériences hors pair. Epanouies chacune dans son domaine d'intervention, elles ont appelé leurs congénères à faire preuve de courage, d'abnégation et surtout de détermination. « Pour réussir, nous devons travailler dix fois plus que les hommes. Il nous faut de la persévérance, la rage de réussir et le sérieux », a conseillé Françoise Kielende, fondatrice de F.Thabita Business.

Les ateliers, cinq au total portant sur le capital humain, estime de soi, le syndrome de l'imposteur et Meet the Boss, ont permis aux femmes de s'exprimer davantage et d'acquérir des expériences dans plusieurs domaines de la vie professionnelle. La conférence plénière sur « La politique du genre en Afrique, focus sur la RDC », introduite par le directeur général adjoint de Jeune Afrique Media Group, Yves Biyah, a clos les assises.

Réjoui de la participation fleuve de deux cent cinquante Kinoises, le forum a devancé les précédents de Dakar et Abidjan. Il a néanmoins émis son regret quant à la sous-représentation des femmes dans les postes de direction.

La session d'échange conduite par Sébastien Guichard et Christelle Eustache de Deloitte, respectivement de la RDC et du Congo-Brazzaville, s'est étendue sur le sujet partant des expériences spécifiques de Marie-Chantal Kaninda, directrice exécutive des affaires administratives de Glencore RDC, Eliane Munkeni, experte comptable agréée, Jok Oga, directeur du Capital humain de la Rawbank RDC et Mireille Kabamba, directrice générale de Canal+ RDC. Chacun des panélistes a prôné l'effectivité de la diversité et l'inclusion des genres dans les entreprises. Offrir l'égalité des chances au regard des compétences, forts de la conviction qu'« au niveau féminin, il y a du répondant, des talents », comme l'a affirmé Jok Oga. Marie-Chantal Kaninda a, d'autre part, parlé du « réservoir de talents féminins inexploités » et encouragé la création d'un nouveau contexte de travail possible grâce aux nouvelles technologies qui permettent aux femmes d'assumer même les tâches consacrées masculines.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.