Cameroun: Droits de l'Homme - L'appel à la mutualisation des efforts

Mgr Abraham Bouallo Kome, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun et de la Commission justice et paix a lancé ce plaidoyer mardi, 10 décembre 2019 à Yaoundé

Hier 10 décembre 2019, le Cameroun s'est joint à la communauté internationale pour célébrer la Journée internationale des droits de l'Homme. Le Service national de justice et paix de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC) a saisi cette opportunité pour évaluer la situation au Cameroun. C'était au cours de l'atelier d'évaluation de l'état de jouissance des droits de l'Homme, des libertés publiques par les Camerounais ainsi que les conditions de détention dans les prisons au Cameroun. Ces travaux étaient présidés par Mgr Abraham Bouallo Kome, évêque de Bafang, par ailleurs président de la CENC et du Service national de justice et paix de la CENC et administrateur apostolique du diocèse de Bafia.

Au cours de cette rencontre ayant pour thème : « Plus de justice pour une cohésion sociale vivante et une paix durable au Cameroun », il a été relevé que les traitements inhumains des personnes en milieux carcéral font partie des causes de la régression du Cameroun en matière de respect et de protection des droits de l'Homme. C'est pourquoi dans le cadre de sa pastorale sociale, l'Eglise catholique ne veut pas seulement critiquer, mais apporter quelques pistes de solutions dans la promotion de la dignité humaine. Ceci parce que l'apostolat de la promotion de la justice et la défense des droits humains fondamentaux ne peuvent pas être laissés à l'improvisation. « Le Service national justice et paix (SNJP) de la CENC s'est engagé à travers un projet de trois ans pour apporter sa contribution pour un Cameroun démocratique, garant de la justice sociale, de la sécurité des citoyens et respectueux de sa création », a rappelé Mgr Abraham Bouallo Kome.

A la table des réflexions, les aumôniers de prisons, les membres de la société civile et du SNJP ont travaillé autour de Mgr Abraham Bouallo Kome sur des thématiques précises. Il s'agit entre autres d'effectuer un état des lieux des droits de l'Homme, des libertés publiques et des conditions de détention, de plancher sur le code électoral en vigueur afin de voir sa garantie pour une élection transparente et équitable au Cameroun et s'appesantir sur les droits et devoirs des communautés et populations riveraines en matière d'exploitation minière et forestière. A l'issue de ces travaux, des recommandations ont été formulées et adressées au gouvernement pour que soit lancé un processus de plaidoyer pour l'amélioration du respect des droits de l'Homme et des libertés publiques au Cameroun.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.