Cote d'Ivoire: Tension dans les lycées avant les vacances de fin d'année

Dans certains lycées ivoiriens, des élèves ont décidé de commencer leurs vacances de Noël avant le 20 décembre, date officielle. Et ils obligent les autres lycéens à les suivre, usant parfois de violence pour les convaincre. Trois lycéens ont déjà perdu la vie dans des affrontements à l'intérieur même des lycées.

Ce mercredi, la ministre de l'Éducation a convoqué une réunion avec l'ensemble de la société civile pour alerter sur ce phénomène. Dans la salle, des parents d'élèves, des policiers, des chefs traditionnels et quatre ministres. Depuis le 5 décembre, les affrontements se multiplient dans les établissements scolaires de Côte d'Ivoire. Le matin même, une élève de seconde a perdu la vie à Dimbokro dans ces émeutes.

« C'est vraiment une situation déplorable. Je pense que toute la communauté éducative parents/enseignants doit s'impliquer pour que ce problème puisse trouver une solution », estime David Bli Blé, secrétaire général de la coordination des enseignants de Côte d'Ivoire.

Des élèves exclus

Parmi les solutions, de nombreuses voix dans la salle, dont certains leaders religieux, réclament le retour des punitions corporelles pour les élèves. Mais pour Claude Aka Kadio, président de l'Opeeci, la principale organisation de parents d'élèves, ce n'est pas la solution : « Il faut se défaire de la chicotte et trouver d'autres méthodes plus curatives pour arriver à amener les enfants à comprendre la nécessité de l'école, de l'intérêt qu'ils ont à aller à l'école pour assurer le développement de leur pays. »

Si Kandia Camara, la ministre de l'Éducation, est venue recueillir les doléances de la société civile ce mercredi, elle a d'ores et déjà annoncé que les élèves qui ont créé ces désordres étaient exclus de l'Éducation nationale, et que leurs parents rembourseraient les dégâts commis.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.