Afrique de l'Ouest: Sahel - La France reporte le sommet de Pau suite à l'attaque jihadiste à Inates

Une patrouille mixte de la force française Barkhane et des Fama, l'armée malienne, dans les rues de Ménaka (photo d'illustration).

L'Élysée a annoncé qu'en raison de l'attaque jihadiste mardi au Niger, le président français Emmanuel Macron, en accord avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, a décidé de reporter à début 2020 le sommet avec les dirigeants des cinq pays du Sahel prévu en France le 16 décembre.

Emmanuel Macron a appelé mercredi soir le président nigérien et tous deux ont convenu « de proposer à leurs homologues de reporter au début de l'année 2020 la tenue, en France, du sommet consacré à l'opération Barkhane et à la force conjointe du G5 Sahel », a précisé la présidence française, ajoutant que le chef de l'État français a exprimé « son soutien et sa solidarité » à son homologue nigérien suite à l'attaque de la garnison à Inates.

La France a dépêché sur place le chef d'Etat-major des armées qui y rencontrera le président Issoufou. Enfin l'Élysée précise que les deux présidents ont marqué leur détermination à rester unis face à la menace des groupes terroristes et à « redéfinir ensemble le cadre politique et opérationnel pour agir pour la sécurité des populations et des États du Sahel ».

Polémique sur l'invitation

L'annonce de ce sommet avait suscité de nombreuses critiques, l'invitation du chef de l'État français ayant été perçue par certains comme une convocation. Pourtant, quelques heures avant, la présidence française avait indiqué que tous les chefs d'État du G5 avaient « confirmé » leur présence au sommet de Pau samedi.

Une annonce contredite dans la soirée par le président burkinabè. Au cours d'un entretien télévisé Roch Marc Christian Kaboré a en effet annoncé que les chefs d'État du G5 Sahel allaient d'abord se concerter pour adopter une position commune, ajoutant que le ton et la forme de l'invitation avaient manqué de tact, et engendré un tollé au sein de l'opinion africaine.

« Le partenariat doit être respectueux des uns et des autres, a précisé le président burkinabè. J'estime que le ton et les termes employés avant l'invite posent problème parce que c'est le contenu des débats qu'on doit avoir ensemble. Cela signifie que nous devons avoir des rapports de respect mutuel. »

Condoléances aux Nigériens

Roch Marc Christian Kaboré a saisi l'occasion pour apporter son soutien au peuple nigérien à la suite de l'attaque de la garnison d'Inates. « Au nom du gouvernement et du peuple burkinabè, j'adresse nos sincères condoléances et toute notre compassion vis-à-vis des familles qui ont perdu ces soldats. »

Selon Roch Marc Christian Kaboré, toutes ces attaques viennent montrer que la lutte contre le terrorisme « n'est pas une question qui va se régler en peu de temps ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.