Congo-Brazzaville: Journée internationale des droits de l'homme - La société civile entend s'impliquer dans la vulgarisation des textes

La coordination des organisations non gouvernementales de Pointe-Noire a pris l'engagement, le 10 décembre, devant le directeur interdépartemental de la Promotion des peuples autochtones, d'élaborer les programmes d'activités visant à vulgariser les documents sur les droits de l'homme.

Le soixante et onzième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme n'est pas passé inaperçu à Pointe-Noire. En effet, la coordination des organisations de la société civile a organisé un focus animé par le directeur interdépartemental de la Promotion des peuples autochtones, Jérôme Magnokou. Dans son exposé, l'ancien directeur départemental des Droits de l'homme et des libertés fondamentales de Pointe-Noire a fait l'historique de la Déclaration des droits de l'homme. Il a souligné que la société civile a un grand rôle à jouer dans le mécanisme des droits de l'homme, les faire connaître auprès de la population et surtout des jeunes, conformément au thème de cette année «Les jeunes défendent les droits de l'hommes".

Adoptée en 1948 par l'Assemblée générale des Nations unies, la Déclaration universelle de droits de l'homme est encore ignoréee par certains Congolais, jeunes et vieux, soixante et onze ans après. Les participants au focus se sont inquiétés sur les cas d'incivisme commis chaque jour par des jeunes avant de s'interroger sur leur avenir. "Il est aujourd'hui nécessaire à la population de connaître ses droits pour les faire respecter. Pour ce faire, la société civile, garant de la protection sociale, a un grand rôle à jouer car il n'y a pas de paix lorsqu'un seul droit est violé », a dit le conférencier.

Le coordonnateur interdépartemental des organisations de la société civile, Arnaud Régis Houalembo, a rappelé, pour sa part, que la mission de ces organisations est d'accompagner les pouvoirs publics à faire connaître les droits de l'homme. Les échanges entre les participants ont permis de se rendre compte que la majorité des jeunes est ignorante de ces droits. "Nous devons nous asseoir pour faire des plans d'activités afin d'aider la population et surtout les jeunes à connaître les droits pour mieux les défendre », a indiqué Régine Goma, présidente d'Arips.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.