Cameroun: Réinsertion sociale - L'art de s'autonomiser

Le collectif Tutarkamrun a lancé le projet « Guidé par les mômes » avec des enfants défavorisés de la cité portuaire.

Créer un catalogue d'oeuvres et histoires urbaines des villes d'Afrique, illustré par les enfants défavorisés. C'est le leitmotiv du projet « Guidé par les mômes », initié par un collectif, le label Tutarkamrun. Et pour sa première étape, l'équipe a choisi de faire raconter la ville de Douala par les pensionnaires du Centre d'accueil et d'orientation (CAO) de Bépanda. Pour atteindre ce but, une vingtaine d'enfants de l'organisme ont suivi un atelier de formation avec mise à niveau en dessin, peinture et théâtre.

Pendant deux mois, dès juillet, les jeunes ont travaillé à donner vie par des dessins à des oeuvres d'art public offerts à la cité économique par le centre d'art contemporain Doual'art. « On a fait des photos, on a montré aux enfants et on a discuté sur les oeuvres en parlant des auteurs, des conditions de création de ces oeuvres », explique le plasticien Tally Mbok, membre de Tutarkamrun et responsable du projet. L'artiste estime le travail réalisé pour cette première étape de Douala à 70% de production.

Pour ce qui est de la diffusion des oeuvres avant leur parution dans le catalogue, leur première exposition a eu lieu du 27 au 30 novembre à l'espace Doual'art. Occasion pour les pensionnaires du CAO d'entrer pour la première fois dans un lieu d'art et d'admirer leur travail. Parmi eux, il y avait Brandon Ojong, 15 ans : « A travers ce projet, on a montré nos personnalités. Certains d'entre nous ne voulaient pas le faire. Mais maintenant, nous voyons que le résultat est beau.

Quand un aîné vous dit quelque chose, vous devez l'écouter parce qu'il pense à votre futur. Moi, j'aimerais continuer pour m'améliorer et peut-être plus tard, je pourrai être une star à travers l'art. » Un voeu qui est en fait l'un des objectifs de Tutarkamrun à travers le projet : offrir aux jeunes des institutions oeuvrant dans la réinsertion sociale une formation spécialisée en arts visuels et/ou en théâtre. Un voeu répété par Rémy Kameni, directeur adjoint du CAO de Bépanda: « Ils peuvent se retrouver en train de construire leur vie grâce à l'art contemporain et devenir des hommes indépendants. » Au-delà de cette construction des individus, il y a l'intérêt collectif à travers un autre objectif du projet : participer à l'amélioration du fonctionnement descentres accueillant les jeunes défavorisés. Ainsi, 80% des ventes de produits commercialisables seront reversés au Cao.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.