Sénégal: Libération des emprises de l'autoroute et du Viaduc de Liberté VI - Le sous-préfet annonce les opérations au plus tard début janvier

12 Décembre 2019

Les opérations de libération des emprises de l'autoroute, de la Patte d'Oie jusqu'au Centre international de commerce extérieur du Sénégal (Cices) et du viaduc de Liberté 6 se feront au plus tard au début du mois de janvier 2020.

L'annonce a été faite hier, mercredi 11 décembre, par le Sous-préfet de l'arrondissement des Parcelles, Babacar Ibra Mar, qui informe par ailleurs de la réunion avec les populations prévue ce jour, à 10h, à la mairie des Parcelles assainies pour échanger sur les aménagements attendus sur les lieux, après le déguerpissement des occupants illégaux.

Que les occupants irréguliers des emprises de l'autoroute, de la Patte d'Oie jusqu'au Centre international de commerce extérieur du Sénégal (Cices) et du viaduc de Liberté 6 se le tiennent pour dit ! Ils seront déguerpis des lieux d'ici le début de l'année 2020.

L'information a été livrée par le Sous-préfet de l'arrondissement des Parcelles assainies, Babacar Ibra Mar qui couvre les communes de Cambérène, Parcelles, Patte d'Oie et Grand Yoff.

De l'avis de l'autorité administrative «avec l'Agence des travaux et de gestion des routes (Ageroute), nous avons un projet de libération de l'emprise de l'autoroute qui va de la Patte d'Oie jusqu'au Cices».

A ce niveau, il fait noter que l'emprise est occupée, de part et d'autre, de manière anarchique par des commerces et autres occupants irréguliers.

Il en de même du viaduc qui se trouve à Liberté VI «sous lequel on a noté des ateliers de mécaniciens et autres commerces qui ne font qu'altérer un peu le décor», poursuit-il. Ainsi donc, il informe que «cette opération de libération de l'emprise de ce réseau classé se fera au plus tard en début du mois de janvier».

Avant cette opération de grande envergure, les Sous-préfet et l'Ageroute compte échanger avec les populations.

Babacar Ibra Mar informe que «demain (Ndlr: aujourd'hui) à partir de 10h, nous avons convoqué une réunion avec l'Ageroute, les maires, les délégués de quartier, les Asc, au niveau de la mairie des Parcelles assainies».

Une rencontre qui doit permettre, de l'avis de l'autorité administrative, «d'échanger sur les aménagements à mettre en place une fois l'espace déguerpi».

Quid des dédommagements ? Le Sous-préfet des Parcelles assainies précise d'emblée que l'emprise est gérée par l'Ageroute et que le réseau est classé.

Donc, poursuit-il, «en principe, toute forme d'occupation de cette emprise doit au préalable être avalisée par l'Ageroute. Mais, malheureusement les gens ne suivent pas cette procédure». Par conséquent, «l'Ageroute n'aura pas à donner d'indemnisation», a-t-il averti.

D'ailleurs même, selon toujours M. Mar, «même s'il arrive que l'Ageroute avalise une installation, elle sera toujours à titre précaire et révocable qui doit être enlevée à la première sommation. Ils n'ont pas de droit sur l'espace qu'ils occupent». Les personnes concernées sont ainsi averties.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.