Niger: 71 militaires tués

Des soldats nigériens en reconnaissance à la frontière avec le Nigeria, janvier 2015.
11 Décembre 2019

L'armée nigérienne a subi ses plus lourdes pertes depuis qu'elle est confrontée au défi jihadiste, lorsque le camp d'Inates, dans l'Ouest, près de la frontière avec le Mali, a été attaqué mardi. L'attaque a fait plus de 71 morts.

L'ampleur des pertes subies a été ressentie jusqu'au sommet de l'Etat.

« Le président de la République, chef suprême des armées, Issoufou Mahamadou, a interrompu sa participation à la Conférence sur la paix durable, la sécurité et le développement en Afrique qui se tient en Égypte, pour rentrer à Niamey suite au drame survenu à #Inates », a indiqué la présidence sur twitter.

Cette attaque est la plus meurtrière depuis le début de l'offensive jihadiste au Niger, en 2015. Au-delà de ce pays, c'est tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina -, qui est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes armés, en dépit de la présence des militaires français de la force antiterroriste Barkhane.

Au Mali, trois attaques jihadistes de grande ampleur ont tué près de 150 soldats cet automne, provoquant un véritable traumatisme.

Le Burkina avait perdu 24 militaires en août, dans un assaut contre la base de Koutougou, également près de la frontière malienne.

Inates se situe au coeur d'une région en proie à la contrebande et aux trafics. La base militaire y avait déjà été ciblée le 1er juillet quand 18 soldats nigériens y avaient perdu la vie, dans une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique.

Mardi, le conseil des ministres nigériens avait prorogé pour une période de trois mois l'état d'urgence décrété depuis 2017 dans plusieurs départements pour lutter contre les attaques jihadistes.

Cette mesure accorde des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité sur les théâtres des opérations, dont celui d'ordonner des perquisitions de nuit comme de jour dans un domicile. En outre, elle limite les déplacements dans les espaces concernés.

Depuis octobre, il est aussi formellement interdit aux organisations humanitaires de se rendre dans certaines zones sans escorte militaire.

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.