Guinée: Lancement du projet d'appui à la lutte contre la traite des personnes du golfe

12 Décembre 2019

Dans un réceptif hôtelier de Conakry, mercredi 11 décembre 2019, il y a eu le lancement officiel de l'atelier de planification inclusive et pluriannuelle des activités par le chef de cabinet du ministère de la justice.

Cette activité s'inscrit dans le cadre du projet d'appui à la lutte contre la traite des personnes dans les pays du Golfe de Guinée,

Mis en œuvre par Expertise France dans 6 pays de Golfe de Guinée qui sont : La Côte d'Ivoire ; le Togo, le Benin, le Ghana, le Nigéria et la République de Guinée, Ce projet a été financé par Union Européenne et il a été soutenu aussi par l'ambassade de France en Guinée

Dans son allocution, la chargée de projet régional a indiqué que cette présence démontre leur engagement commun à lutter efficacement contre la traite des personnes en Guinée et dans les pays du golfe de Guinée.

« Je remercie particulièrement l'Union Européenne et la France pour l'appui financier qui a rendu la mise en œuvre de ce projet. La région de l'Afrique de l'ouest est caractérisée par un chemin schéma de transfrontalière et circulaire.

On estime que 75% du mouvement migratoire en Afrique de l'ouest sont réalisés à l'intérieur de la région avec son cours horaire en termes de traite de personnes.

De tant de leur positionnement, les pays du golfe et la Guinée sont à fois des territoires de transit, d'origine et de destination des personnes victimes de traite.

Face à l'ampleur de ces crimes, les gouvernants des pays du Golfe et de Guinée ont pris des mesures rigoureuses pour indiquer le phénomène », a déclaré DUPRAT Elissa.

Particulièrement, elle a salué la création du Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes (ALTP) et l'ensemble des actions visant à lutter contre ce fléau qui a été matérialisé par un plan d'action national.

De son côté, le partenaire financier qui a débloqué près de 18 millions d'euro pour la réalisation de ce projet, son représentant a rappelé que ce projet s'inscrit dans les priorités établies sur la plan d'action de la valette et particulièrement prévenir l'immigration irrégulière, de trafique immigrant et la traite d'être humain et enfin de lutter contre ce phénomène.

« Le projet que nous lançons aujourd'hui s'investi sur la directive européenne de 2011 comme approche globale pour les prévention de pression et accompagnement des victimes, une approche inclusive associant l'ensemble des acteurs de la scène pénale, les services sociaux compétents et la société civile », a souligné M. Christophe.

L'ensemble de ce projet que la Guinée est bénéficiaire, il a félicité le gouvernement guinéen pour tous les efforts déjà fournis dans le cadre de lutte contre la traite des personnes.

Au nom des autorités du pays, le chef de cabinet du ministère de la justice qui a lancement le feu vert de l'atelier qui se tiendra pour deux jours, n'a pas manqué de signaler que la traite des personnes est devenue un sujet préoccupant pour l'ensemble de la communauté internationale, particulièrement pour les Etats de la sous-région.

« C'est vrai qu'il n'y a pas une statistique plus fiable mais elle a pris une ampleur qui est un sujet préoccupant.

Donc, il nous appartient à nous l'Etat chacun de réfléchir, de jouer sa partition et prévenir cette situation des personnes vulnérables. Chacun doit jouer son rôle », a suggéré Mohamed Koly Camara.

Ce projet vise à soutenir les autorités et la société civile dans la lutte contre la traite des êtres humains à travers la consolidation des capacités institutionnelles et opérationnelles, l'application des lois, la protection des victimes et la coopération régionale.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.