Cameroun: Tribalisme - Les évêques tirent la sonnette d'alarme

La conférence épiscopale a invité, dans une lettre pastorale signée mardi 10 décembre 2019, les chrétiens et tous les hommes de bonne volonté à la fraternité nationale.

Vous êtes tous frères !» Le rappel doit retentir au fond de chaque Camerounais. S'appuyant sur l'évangile de Saint-Mathieu au chapitre 23, verset 8 à 9, les évêques du Cameroun l'ont rappelé à tous les chrétiens et aux hommes de bonne volonté mardi, 10 décembre 2019 à Yaoundé, dans une lettre pastorale sur la fraternité nationale. Cette correspondance lue au nom de ses pairs par Mgr Abraham Bouallo Kome, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC), évêque de Bafang par ailleurs administrateur apostolique du diocèse de Bafia, déplore la dégradation croissante et préoccupante du climat social au Cameroun.

« Au vu des évènements qui font l'actualité dans notre pays ces derniers temps avec l'escalade de la violence sous toutes ses formes, nous nous sentons dans l'obligation de nous adresser à nouveau à tous les Camerounais, aux chrétiens, et aux hommes de bonne volonté sur les conséquences de la montée en puissance du tribalisme dans notre pays », disent les prélats.

En s'inspirant des Saintes Ecritures, les évêques du Cameroun déplorent la mise à contribution des médias, réseaux sociaux qui répandent avec rapidité et une efficience sans précédent des débats d'acteurs politiques, universitaires et des leaders d'opinion. Parce que ces derniers très souvent sèment le trouble et la confusion dans l'esprit des citoyens, stigmatisent et appellent au rejet, voire à l'extermination des autres qui ont pour seul crime le fait d'appartenir à une tribu ou région.

« A travers des séances de lynchage médiatique bien préparées, ils tentent de faire de leurs ennemis politiques et idéologiques, les ennemis de tout le peuple, comme Saul l'a fait à l'encontre de David. A y regarder de près, ces affrontements en eux-mêmes sont le fruit de l'égoïsme, de l'avidité et de la soif du pouvoir à conquérir ou à conserver à tout prix comme ce fut le cas pour le roi Hérode », poursuivent-ils. Pour les évêques, le tribalisme nuit gravement à la cohésion sociale, à la poursuite du bien commun et instaure une ambiance de méfiance, de suspicion et de peur en particulier chez les maillons les plus fragiles de la société. En plus sur le plan économique, ce fléau détériore le climat des affaires et porte un à l'économie nationale.

C'est pourquoi, ils invitent chacun à un examen de conscience et c'est ce qui justifie leur adresse aux agents pastoraux, autorités publiques, responsables et leaders de la société civile et politique, à la diaspora, aux hommes des médias et activistes des réseaux sociaux, aux parents premiers éducateurs, aux jeunes, aux fils et filles du Cameroun. Ceci dans le but de travailler ensemble à la construction d'un Cameroun fraternel et pacifique

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.