Cameroun: Pesticides - A l'épreuve de la certification

La commission d'homologation des produits phytosanitaires s'est réunie autour de la question mardi à Yaoundé, en présence du ministre de l'Agriculture et du Développement rural.

La 29e session de la Commission d'homologation des produits phytosanitaires et de certification des appareils de traitement (CNHPCAT) s'est tenue mardi 10 décembre à Yaoundé. L'objectif est d'étudier et à examiner les dossiers soumis sur les produits phytosanitaires et les pesticides pouvant affecter la santé humaine et les animaux aquatiques.

Présent à cette session, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbairobe a reconnu qu'il faut saisir l'ensemble des atouts et opportunités dont regorge le Cameroun pour moderniser l'appareil de production en vue d'une production agricole massive, devant satisfaire non seulement les besoins alimentaires des populations, mais également des agro-industries. « L'attente de cette session est d'examiner tous ces dossiers et donner les résultats au ministre.

La commission devra donner son verdict au sujet des pesticides tels que le insecticides, les fongicides, entre autres, et les appareils utilisés pour pulvériser les cultures. Il est question de voir si tous les rapports de bio-efficacité et de vulgarisation, et les documents soumis concernant la toxicologie sont bons pour la santé humaine et l'environnement », explique Charles Nying, directeur de la régulation, du contrôle et de la qualité au Minader. Depuis le début du processus d'homologation des produits phytosanitaires et de certification des appareils de traitement en 1996, 1153 produits phytosanitaires ont été homologués et 46 appareils de traitement ont été certifiés. À ce jour, certaines homologations ont été renouvelées, d'autres non.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.