Sénégal: Nioro - Le marché parallèle comme unique débouché pour l'arachide

Nioro — Les producteurs de Nioro, faute de disposer de points de collecte officiels, se tournent vers le marché parallèle pour vendre leurs productions d'arachide, indique Cheikhou Ba, point focal de l'Union nationale pour la promotion de l'agriculture durable (UNAPAD) dans ce département de la région de Kaolack.

"Il n'y a pas de points de collecte dans le département, et les producteurs sont obligés d'écouler leur arachide sur le marché noir, où des commerçants leur proposent des prix plus rémunérateurs", a-t-il révélé dans un entretien avec l'APS.

Selon lui, "plus que les 210 francs proposés par le Conseil national interprofessionnel de l'arachide (CNIA), des commerçants proposent jusqu'à 300 francs le kilogramme aux paysans qui ont des obligations vis-à-vis des banques".

"Pour entrer en campagne, le paysan contracte une dette et il doit rembourser. Donc, il vend au plus offrant. La commercialisation doit être libéralisée", estime le point focal de l'UNAPAD. Il juge que le prix proposé par le CNIA, bien qu'étant "intéressant", n'est pas d'un niveau "suffisamment rémunérateur.

Les paysans achetant eux-mêmes les semences et les autres intrants, "en l'absence d'un point de collecte officiel, il est difficile d'imposer un prix", explique-t-il.

"Je ne sais pas qui a financé ces commerçants, mais ils sont en train d'acheter beaucoup d'arachide", déclare-t-il. Pour Cheikhou Ba, "le paysans ne peut pas voir 300 francs et vendre sa production à 210 francs le kilogramme".

Déplorant le déficit pluviométrique comparé à la saison des pluies 2017-2018, il a invité l'Etat à réfléchir à doter le monde rural de semences à cycle court pour pallier les effets du changement climatique, qui n'est plus un doute pour lui.

Il estime que les chercheurs doivent mettre au point de nouvelles variétés de semences pour booter la culture arachidière et sauver la filière.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.